• Accueil
  • >
  • Actualités
  • >
  • Plovdiv 2018 : Quand le vent s'en mêle
Plovdiv 2018 : Quand le vent s'en mêle

Huit bateaux tricolores étaient engagés dans les courses aujourd'hui, mais cinq seulement auront parcouru leurs 2 000 mètres : les changements de conditions météo en début d'après-midi ont entraîné l'annulation des courses, après les quarts de finale des deux de couple poids léger. 

Une bonne matinée pour les Français...

C'est par un repêchage que la journée des tricolores a débuté à Plovdiv, avec Julien Hardi en skiff masculin PR1. Une course dont le Français a immédiatement pris le commandement et remportée de belle manière. "J'étais plus relâché aujourd'hui, note-t-il, et pourtant j'avais plus de pression, mais je l'ai mieux gérée. Je fais encore mon apprentissage". Lui qui a débuté l'aviron il y a quelques mois a su mieux trouver ses repères, dans des conditions climatiques différentes de celles d'hier. "C'est excitant la densité dans la catégorie, de me retrouver confronté à eux, ça me donne un boost pour y aller encore plus fort à l'entraînement".

Course suivante, celle de Perle Bouge en skiff féminin PR2. En jeu, l'attribution des lignes d'eau pour la finale A de vendredi. La Bayonnaise remporte la première place mais aussi le meilleur temps mondial de sa discipline. "J'attendais depuis samedi, commente-t-elle, ça fait long. J'avais besoin d'être rassurée, mais aussi de taper un peu. J'ai pu travailler sur mon geste, sur la sensation". Etre devant, un besoin aussi pour Perle Bouge, afin de gérer les éventuelles attaques de ses concurrentes, même si elle a mis tout le monde d'accord ce matin. "On ne sait jamais vraiment si, sur ce genre de course, les autres auront caché leur jeu".

Ce fut ensuite au tour de Jérôme Pailler et Laurent Viala de prendre le départ eux aussi d'une course préliminaire en deux sans barreur PR3. Si sur le 1 000 du milieu, les deux Français ont cédé un peu de terrain aux Australiens, ils ont repris l'avantage sur eux pour terminer à la deuxième place.

Contrat rempli pour Hélène Lefebvre et Élodie Ravera-Scaramozzino en deux de couple. Les championnes d'Europe de la discipline ont terminé à la deuxième place de leur repêchage derrière les Chinoises et entrent ainsi en demi-finale mondiale. "On est moins bien parties qu'en série, explique Hélène Lefebvre, mais on a gardé la tête froide, on a gardé confiance. On a fait un bon 1 000 du milieu et bien fini même si sur l'enlevage qui est notre point fort, on a été moins bonnes. Mais une fois qu'on aura tout mal fait, on ne pourra que bien faire". Les deux rameuses envisagent leur parcours course après course, en améliorant les différents points.

...suivie d'un après-midi compliqué !

C'est un tout autre scénario qui s'est déroulé l'après-midi avec, pour ouvrir le bal des courses, le deux de couple poids léger. Si le vent était pour en début de semaine, il n'en était rien aujourd'hui. Thomas Baroukh et Pierre Houin ont réalisé un bon départ, mais n'ont pas pu s'exprimer dans de bonnes conditions. Le résultat parle de lui-même : une cinquième place au passage de la ligne d'arrivée. "On a pourtant réalisé un bon départ, commente Pierre Houin, Thomas était plus en forme, moi aussi ; mais on ne saura jamais ce que cela aurait donné dans d'autres conditions, si ça se trouve on ne serait pas passés, mais c'est frustrant".

Après avoir un premier temps décalé les horaires de 20 minutes, la FISA a annoncé la décision de son comité d'équité d'annuler les autres courses de la journée.

 

Demain la journée reprendra avec les repêchages des deux de couples masculins, les quarts de finale des deux sans barreurs et skiffs masculins avant de repartir sur le programme initial.

Retour aux actualités
Retour aux albums