La compétition après la tempête
Vendredi 7 Juin

Le début des championnats de France se sera fait désirer sur le lac d’Auron de Bourges. Les rameurs et les rameuses ayant rongé leur frein hors de l’eau vendredi, il était certain qu’ils avaient tous hâte d’en découdre et de démarrer la compétition. Alors que la météo s’annonçait capricieuse, rien à voir toutefois avec le passage de la tempête « Miguel » la veille, le soleil a prédominé ce samedi et le vent modéré n’a pas empêché le bon déroulement des courses. Après l’annulation de la première journée, le planning de ce samedi avait été densifié.

 

Les séries Sénior pour commencer

Pas de temps à perdre, dés 8h les séries du quatre sans féminin ont ouvert le bal. À la suite de la refonte forcée du programme, les qualifications ont permis de définir les demi-finales A et B pour le haut du classement, tandis que les concurrents non qualifiés ont été automatiquement reversés en finale C ou D. 

Ces séries n’ont pas causé de réels problèmes pour les favoris annoncés du week-end. Elles ont néanmoins offert de belles promesses dans certaines catégories en vue du reste de ces championnats de France. Le SF4- dont il était question auparavant offrira probablement une belle lutte entre les embarcations de Rouen, de Libourne ou encore de Verdun. En deux de couple PL messieurs, la fratrie Houin devra s’employer si elle souhaite conserver son titre acquis l’an passé. En effet, entre les bateaux de Toulouse, du Mans, de Gerardmer ou encore de Nancy, la concurrence est dense ! Dans la catégorie reine du 8 barré masculin, ces séries nous ont offert les prémices de demi-finales et de finales à suspens, notamment entre les champions en titre lyonnais et le bateau de Verdun qui fait son retour au championnat de France. 

 

Un après-midi intense pour les Juniors

Séries puis demi-finales : voilà ce qui attendait les différentes catégories J18 lors du samedi après-midi. Encore une fois, les séries n’auront été que confirmation. Ainsi, les clubs et les noms en vue lors du début de saison, notamment lors des bateaux courts à Cazaubon, se sont mis en évidence. 

Faisant suite aux demi-finales Sénior, les demies Junior ont débuté par l’ensemble des courses féminines, les hommes leur emboitant le pas. 

La paire verdunoise, du J18F2x, a survolé sa course et relégué l’ensemble des autres bateaux, demi-finales 1 et 2 comprises, à près de 20 secondes. Elles s’avanceront en grande favorite de la finale du dimanche. En quatre de couple féminin, les filles nous ont réservé une superbe course dans la deuxième demi-finale, les cinq premières embarcations finissant en moins de cinq secondes ! Lyon Caluire est sorti triomphant de cette lutte devant le Perreux et Nantes CLL. Les trois accèdent donc à la grande finale. Sur les demies du huit barré , les rameuses d’Aix-les-Bains ont démontré qu’elles se sont extrêmement bien préparées pour l’événement. Elles ont signé le meilleur chrono des deux courses. Derrière elles, Nantes CA et Dunkerque se sont placées comme des prétendantes au podium.

Chez les garçons, les conditions météorologiques aidant, les courses ont été le théâtre de belles leçons de glisse. En quatre de coupleles Lyonnais, dans une demie et les Rouennais, dans l’autre, ont impressionné. En J18H2x, les Brivistes, Victor Marcelot et Julien Zonderland, déjà très en vus à Cazaubon, ont encore fait parlé leur puissance en remportant leur demi-finale. Ils seront notamment opposés, dimanche en finale, au bateau d’Annecy vainqueur de l’autre demi-finale. Les courses en quatre sans ont vu la victoire de la SN du Perreux, dans l’une, et de Melun, dans l’autre.
À croire que les Juniors aixois ont coché les courses de huit sur ces championnats, les jeunes rameurs ont imité les filles du club en dominant largement les demi-finales. Seuls les Nancéens ont limité la casse dans la course dominée par Aix-les-Bains. Dans la deuxième course, c’est l’AM Joinville qui s’est imposé.

 

Derniers efforts du jour pour les Séniors avec les demi-finales

Deuxième course du samedi après les séries matinales. Comme lors des qualifications, ce sont les quatre sans féminins qui ont ouvert ce cycle de compétition. La première demi-finale a accouché de la course la plus relevée. Le CN VerdunAiguebelette et Rouen ont affiché de belles prétentions en vue de la finale. Dans la seconde demi-finale, les Libournaises ont déroulé et se sont imposées aisément. 

Dans la même embarcation, les hommes leur ont emboité le pas. À ce jeu-là, l’Aviron Grenoblois emmené par les tricolores Édouard Jonville et Thibaud Turlan se sont imposés dans la demi-finale 1. Ils retrouveront en finale la densité de la deuxième course emmenée par des Mâconnais pleins de promesses ainsi que les bateaux de Compiègne et de Lyon Caluire à l’affût. 

En SF2X, les Havraises Clara Valinducq et Margaux Bailleul ont fait cavalier seul et s’annoncent comme les grandes favorites de ce Championnat. Pour elles, le danger pourrait venir du bateau de la Haute Seine, vainqueur de la deuxième demi-finale, et du CN Nice qui cherchera à conserver son titre. 

Côté masculin, au terme d’un bel enlevage le double d’Aix-les-Bains a confirmé ses promesses des séries en remportant la première course. Marseille et Reims n’ont pas démérité, mais se contentent des accessits. Dans la seconde demi-finale, la paire nantaise s’impose tout en maitrise et viendra sans nul doute se mêler à la bagarre finale, dimanche. 

 

En quatre barré sénior homme, l’équipage aquitain de Bergerac affiche ses ambitions pour le titre de champion. Comme dans leur série auparavant, le bateau composé principalement de rameurs du collectif national U23, a dominé de la tête et des épaules la première demi-finale. 

Le CN Annecy et l’ATM Tours, qui se sont tirés la bourre dans la seconde course, font partie des prétendants au podium pour la finale. 

 

Concernant les deux de couple féminins poids léger, la paire de Meulan-les-Mureaux, emmenée par la récente vice-championne d’Europe, Claire Bové, est venue échouer juste derrière Boulogne 92. Dans la seconde, c’est Belbeuf qui a tiré son épingle du jeu et viendra se mêler à la bataille.

Chez les hommes, il flotte comme un air de famille depuis le samedi matin. Tenants du titre, les frères Houin ont assumé leur statut et ont remporté leur demi-finale. Dans cette course, les Manceaux Benjamin David – Sylvain Babinet ont terminé à une longueur du bateau de Toul. Même son de cloche dans l’autre demi-finale avec la fratrie Colard qui s’est imposée, bien que menacée par la jeune paire vosgienne de Gerardmer. Une belle finale à prévoir donc.

 

Toujours chez les PL, cette fois en quatre sans barreur, l’embarcation de Boulogne 92, deuxième l’an dernier et renforcée par le récent médaillé européen Léo Grandsire, a remporté sa course devant Mâcon et Libourne. Dans l’autre partie de tableau, c’est le quatre du Nantes CA qui s’est imposé. Aix-les-Bains EN Aviron et le deuxième bateau boulonnais les accompagneront en finale. 

 

Relevées, les demi-finales de la catégorie SF4x laissent présager une superbe finale. Nous retrouverons dans cette course, trois bateaux favoris : les tenantes du titre bayonnaises, l’embarcation nantaise ainsi que l’Aviron Marne Joinville, large vainqueur de sa course. 

Leurs homologues masculins, se sont aussi livrés une belle bataille sur le lac d’Auron, avec un bassin redevenu agréable en fin d’après-midi. Deux bateaux ont semblé se détacher au regard des demi-finales. Et la logique est respectée puisque ce sont les deux premiers de 2018, à savoir l’Aviron Bayonnais de Matthieu Androdias et Lyon AUN, ont remporté leur série respective. 

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies