• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Après Rotterdam, Linz en ligne de mire
Après Rotterdam, Linz en ligne de mire

Avec une seule médaille au compteur, le bilan de cette dernière étape de coupe du monde est terne. Mais le directeur technique national Patrick Ranvier rappelle que cette année, l'objectif reste la qualification olympique.

 

La matinée pour les équipages français a consisté en six finales B.

C'est par le deux sans barreur homme que la petite matinée de courses de nos tricolores a débuté. Regagnant du terrain sur la paire danoise, Valentin et Théophile Onfroy ont terminé à la deuxième place de la finale B, à la lutte avec les Australiens. Chez les hommes toujours, les leaders 2018 du double TC n'ont pas su maintenir leur leadership, premiers au passage des premiers 500 mètres de course, Hugo Boucheron et Matthieu Androdias ont peu à peu cédé leur avance à leurs concurrents et ont passé la ligne d'arrivée en cinquième position de la finale B du deux de couple.

C'est avec une petite victoire que Pierre Houin et Hugo Beurey repartent en France. Au terme d'une belle remontée et à la lutte avec le bateau portugais, la photo finish a attribué la première place de la finale B au double PL français. Une belle note positive leur permettant de reprendre peu à peu confiance et d'entamer le stage terminal plus sereinement, le 23 juillet prochain. 

Chez les Femmes, Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Anne-Sophie Marzin et Julie Voirin n'étaient pas parvenues à remporter leur ticket pour la grande finale. Ce matin, elles couraient contre les Russes en finale B du quatre de couple. Elles terminent à la deuxième place.

En quatre, mais du côté masculin cette fois-ci, Thibaud Turlan, Stanislas Desgrippes, Hugo Quemener et Maxime Ducret terminent à la cinquième place. Avec une domination sans partage des Norvégiens sur cette petite finale, les quatre athlètes n'ont pas su remonter sur leurs adversaires.

Enfin, c'est avec les skiffeuses tricolores que cette coupe du monde s'est achevée. Après le passage des 1 000 mètres, c'est la rameuse suisse qui prend l'ascendant sur la course quand Marie Jacquet réussit à s'emparer de la deuxième place. Emma Lunatti, termine sixième de cette petite finale.

 

Le bilan de Patrick Ranvier, DTN

Patrick Ranvier est revenu sur les performances enregistrées ce week-end à Rotterdam. "Il est clair qu'on n'est pas là où l'on voudrait être, où l'on devrait être. Mais tout devra être confirmé aux mondiaux de Linz. L'objectif reste, sur cette saison, la qualification olympique, je reste confiant dans nos équipages qui doivent redresser la barre, il nous reste un mois et demi pour finir de préparer la qualification de nos bateaux phares". Une saison terne en termes de résultats à l'international, que le DTN impute en partie aux modifications réalisées sur le calendrier. "Avec les changements dans le chemin de sélection : la régate de sélection immédiatement à l'issue des championnats de France bateaux courts... on ne réitérera pas cela en 2020". Concernant les bateaux leaders, le DTN insiste, il faut renouer avec notre meilleur niveau "on voit quelques frémissements ce week-end avec le deux sans barreur masculin qui fait une bonne course en finale B, le deux de couple poids léger qui remporte la sienne ce matin de belle manière. Le plus inquiétant est le deux de couple masculin dont on doit attendre le meilleur, avec deux hommes d'exception à bord".

Une spirale à laquelle Patrick Ranvier veut mettre un terme : "Il faut inverser cette tendance, on doit courir après ces finales A, aller aux mondiaux dans une meilleure configuration. Nos bateaux doivent retrouver ce qu'ils savent faire, la concurrence est dense mais on continue à espérer cette montée en puissance qui est la nôtre sur l'ensemble de la saison et que d'autres nations ne restent pas à ce niveau". L'encadrement va ainsi faire à nouveau appel à des intervenants extérieurs, notamment en matière de préparation mentale, pour les bateaux qui en ont le plus besoin. Un lien entre technique et psychologie qui n'est pas à négliger. "Les problèmes techniques sont en train d'être résolus. On a parfois cherché à faire mieux en se compliquant la vie, il faut revenir à ce que l'on sait faire". Hormis la belle remontée du deux de couple poids léger qui a réussi à remporter sa finale B, le DTN a également souligné la performance de Marie Jacquet, deuxième de sa course ce matin en skiff. "Marie monte en puissance, on l'avait déjà remarqué, c'est certainement la meilleure performance de nos bateaux hier en demi-finales".

Après quelques jours de repos, l'équipe de France va rejoindre Bellecin le 23 juillet pour son stage terminal, préparatoire aux championnats du monde de Linz.

Retour aux actualités
//
Aucune image
Retour aux albums
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies