• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Quel déconfinement pour les athlètes de haut niveau ?
Quel déconfinement pour les athlètes de haut niveau ?

Comme pour l’ensemble des pratiquants de l’aviron, les membres des équipes de France peuvent retourner progressivement sur l’eau depuis lundi 11 mai, en respectant les principes de sécurité sanitaire édictés et en fonction des décisions des autorités locales.

 

« Retrouver les sensations de manière individuelle »

À l’instar des rameuses du pôle France de l’INSEP, certains athlètes ont pu retourner sur leur lieu d’entrainement, les conditions de retour à la pratique étant réunies. Ainsi, ces rameuses membres de l’équipe de France, ont pu s’entrainer en effectif réduit sur le bassin de Vaires-sur-Marne dès le mardi 12 mai. Au programme, une reprise en douceur comme l’explique Hélène Lefebvre : « Notre 1ère séance post-déconfinement a  consisté à aller à Vaires-sur-Marne en vélo, à un petit footing sur place et au réglage des bateaux ».

Impatiente de retrouver le bateau comme ses partenaires d’entrainement, la rameuse de l’Encou était donc soulagée de pouvoir mettre son skiff à l’eau lors de leur séance suivante : « Ça fait vraiment du bien de retrouver les sensations sur le bateau. On reprend progressivement en skiff (règles sanitaires obligeantes) pour retrouver nos sensations de manière individuelle. Les séances sont relativement courtes (12km) puis on va augmenter doucement les distances pour pouvoir attaquer plus sérieusement la semaine prochaine. Pour l’instant, on est concentrées à retrouver nos automatismes, mais déjà à la fin de la 1ère séance, j’avais de bonnes sensations ».

 

L’entrainement à la maison continue

Autorisée à ramer en skiff en respectant les consignes sanitaires à adopter, Hélène Lefebvre n’abandonne pas pour autant le travail musculaire qu’elle continue à effectuer chez elle. La poursuite de l’entrainement à domicile est d’autant plus vraie pour d’autres membres de l’équipe de France dont les plans d’eau d’entrainement sont toujours interdits d’accès sur décision des autorités locales.

C’est notamment le cas pour Nathalie Benoit, qui s’entraîne habituellement à Marseille et Marignane, mais dont les clubs restent fermés. Même son de cloche du côté du Pôle France de Lyon où Matthieu Androdias, et les autres pensionnaires du pôle, ont dû revoir leur plan d’entrainement : « Nous avions prévu de reprendre le skiff en bord à bord avec Hugo Boucheron mais le Parc de Miribel reste fermé […] je pense que ce sera une semaine de type confinement avec ergo, vélo et musculation dans le salon .. »

 

La routine d’entrainement prise durant le confinement se poursuit donc pour le moment pour certains athlètes et le mode de fonctionnement qui s’est installé également. La relation avec les entraineurs permet de continuer l’entrainement, comme le précise Nathalie Benoit : « Je continue le programme à la maison. Charles (Delval, chef du secteur para-aviron) nous envoie les séances et nous donne les dernières informations. Je l’ai de temps en temps au téléphone ainsi que Frédéric (Doucet, entraineur de l’équipe de France paralympique) pour faire le point. » La médaillée paralympique est donc en attente de pouvoir retourner sur l’eau tout en ne se fixant pas d’objectifs quant à la reprise : « je préfère voir au jour le jour. Rester en bonne santé reste ma priorité. »

 

L’adaptation du calendrier international à la situation actuelle permet tout de même aux rameurs et rameuses de se projeter, comme l’explique Hélène Lefebvre : « Il nous tarde de reprendre le rythme des entrainements en double pour se préparer aux prochaines échéances en octobre. »


Retrouvez toutes les consignes pour la reprise de l'activité ici : Plan national de déconfinement

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies