• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • De jeunes poids légers bronzées à Poznan
De jeunes poids légers bronzées à Poznan

Une nouvelle journée sous une chaleur écrasante à Poznan avec au programme des courses de classement, des demi-finales et les premières finales. Et surtout une première médaille pour la délégation tricolore.

Du bronze et des larmes de joie

La concurrence allait être rude, les Italiennes visiblement au-dessus du lot, mais lorsque Lou Lamarque, Loanne Guivarc'h, Aurélie Morizot et Marion Colard se sont alignées au départ de leur finale A du quatre de couple poids léger, elles étaient conscientes que tout était possible. Et elles ont transformé une possibilité en réalité, sachant qu'il leur faudrait sortir LA course. Parties très fort, les Françaises ont joué au chat et à la souris avec les Néerlandaises pendant le premier 1 000 pour finalement leur laisser la deuxième place. Restait à défendre leur troisième position, ce qu'elles ont fait âprement en repoussant les attaques du bateau allemand. Elles ont conservé leur rang, et donc le bronze, en franchissant la ligne d'arrivée. "Et toujours sans enlevage", notait avec humour Marion Colard. "On savait qu'il ne fallait penser qu'à la course et pas au podium", ajoute Loanne Guivarc'h. "On ne savait pas ce qu'on valait, poursuit Marion Colard, mais on a pris un cran au fur et à mesure, on s'est accrochées". Une médaille qui a un goût particulier, presque de transmission avec, d'un côté, Aurélie Morizot qui décroche sa première médaille mondiale en première année U23 de l'autre, Marion Colard qui remporte aussi sa première récompense mondiale à 22 ans, âge fatidique dans cette catégorie.

Les équipages français ont été moins chanceux dans les autres finales A de l'après-midi.

En quatre de couple poids léger masculin, Paul Tixier, Ivan Bové, Léo Grandsire et Andréas Kabir ont réalisé un départ canon et une course énorme, mais dans les derniers 500 mètres, alors qu'ils étaient encore médaillables, ils ont cédé aux assauts de leurs concurrents et ont finalement terminé cinquièmes. Un beau parcours dans ces championnats que celui de ce bateau. 

Thibaud et Guillaume Turlan l'avaient annoncé après leur victoire en demi-finale hier : il faudrait compter avec les Sud-Africains, les Roumains et les Italiens. Une finale relevée avec un départ pour la paire française contraire à son habitude, les frères Turlan ne partant pas en tête. Cinquièmes au passage des premiers 500, ils ne sont pas parvenus à rattraper le trio de tête et ont conservé leur cinquième place tout au long de la course, jusqu'au passage de la ligne d'arrivée.

Qualifications en A

Dans la matinée, l'équipe de France a engrangé deux nouvelles qualifications en finales A pour la dernière journée de championnats.

En demi-finale du skiff poids léger, Hugo Beurey nous a offert une nouvelle fois une démonstration magistrale. Parti très fort comme à son habitude, il a laissé tous ses concurrents derrière lui et a franchi avec plus d'une longueur d'avance la ligne d'arrivée. "Je suis parti fort dans le premier 500, commente-t-il, et j'ai fait un deuxième 500 plus mitigé, je suis parti sur un faux rythme". C'est sur le 1 000 du milieu que le principal travail s'est déroulé en stage. "Agir sur la longueur lui a fait du bien, ajoute son entraîneur François Meurillon, et il va falloir faire fort pour aller le chercher sur le départ et l'enlevage. En plus de ça, il a les crocs". Un départ fort, un train fort, ce sont les qualités qu'Hugo Beurey veut démontrer à ses concurrents, tout en continuant à monter en puissance et à "prendre du jus". Rendez-vous en finale A demain à 10 h 55.

Entrer dans le trio de tête et y rester : une stratégie qui a payé pour le duo Bastien Quiqueret / Hugo Quemener en demi-finale du deux de couple. "On n'allait pas tuer la course, explique Hugo Quemener, mais on voulait en mettre trois derrière nous tout de suite". Les Néerlandais partis devant, les deux Français ont commencé à lutter avec les Polonais et ont terminé à la troisième place de la course, empochant au passage leur ticket pour la grande finale. "On a fait un départ à l'image d'hier, ajoute Bastien Quiqueret, on s'est concentrés sur nous, on a peut-être fait l'erreur de laisser partir les Polonais mais on a pu remonter dans les tours, de quoi se remettre en jambes pour demain". En finale, les compteurs sont remis à zéro, et les deux tricolores entendent bien faire grimper le leur. "On manque encore un peu d'agressivité, conclut Hugo Quemener, on a encore trop de retenue mais on prend un cran à chaque fois. Et demain on n'aura rien à perdre". Et plutôt tout à gagner.

Anne-Sophie Marzin et Margaux Bailleul prenaient part quant à elles à la demi-finale du deux de couple féminin. Parties fort, les deux tricolores pointaient à la troisième place au passage des premiers 500 mètres, mais elles n'ont pas pu résister aux attaques du double australien qui leur a ravi la place. Terminant quatrièmes de la course, elles courront la finale B demain à 9 h 30.

Hadrien Godé, Alexandre Cordonnier, Dorian Morvan et Thomas Cousin étaient dans la bagarre pendant les premiers 1 000 mètres de leur demi-finale du quatre de couple, pointant en troisième position à mi-parcours. Mais ils n'ont pas pu tenir le train d'enfer dicté par la concurrence et leurs poursuivants, terminant à la sixième. Rendez-vous demain en finale B à 9 h 50.

Alban Couturier avait ouvert le bal des courses ce matin pour les tricolores avec la finale C du skiff. A la bagarre avec le skiffeur suisse, il a finalement terminé troisième de la course. Un 15e rang mondial en moins de 23 ans pour le rameur lyonnais.

Dernière journée de ces championnats U23 demain à Poznan avec deux grandes finales au programme pour le clan tricolore.

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies