• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Les rameurs juniors européens ont rendez-vous à Trakai
Les rameurs juniors européens ont rendez-vous à Trakai

C'est Trakai qui va accueillir, ce week-end, les championnats d'Europe junior. Un événement attendu par les Bleuets, qui ont hâte d'en découdre enfin avec la concurrence internationale.

Après la régate de Munich début mai, qui a servi à prendre les premières informations à la fois sur nos propres équipages mais aussi commencer à jauger la concurrence, les choses sérieuses vont enfin commencer à Trakai, avec les championnats d'Europe junior. Au total, 31 nations seront présentes ; la flotte tricolore sera quant à elle composée de huit embarcations. Une compétition qui tombe six jours seulement après la fin des championnats de France bateaux longs de Vichy, et quatre jours après les résultats du bac… Un calendrier pas forcément simple à gérer. "Cela aurait pu être pire si nos jeunes qui présentaient le bac avaient dû passer par le repêchage", commente Olivier Pons, responsable du secteur jeunes.

Mais la question ne s'est pas posée, avec 100% de taux de réussite à l'examen, et même plusieurs mentions, dont une "très bien". Comme quoi on peut lier études et pratique sportive de haut niveau !

Tour d'horizon des bateaux français engagés à Trakai par Olivier Pons

  • Skiff féminin : Margaux Bailleul. "Margaux est encore en train de progresser, c'est une rameuse en devenir, de grande qualité. Elle va à Trakai avec une ambition certaine".
  • Skiff masculin : Alexandre Cordonnier. "Il vient de remporter le titre à Vichy en deux de couple, c'est un rameur déterminé, il peut avoir une opportunité à saisir".
  • Deux sans barreur féminin : Maya Cornut et Adèle Brosse. "C'est un équipage qui gagne en maturité, elles sont toutes les deux très puissantes, avec un caractère fort et qui progressent, elles sont pressées d'en découdre".
  • Deux sans barreur masculin : Etienne Juillet et Paul Tixier. "Ils ont réalisé une belle performance à Munich. C'est un équipage poids léger, mais agressif en course et déterminé, ils ont envie de prouver plus que jamais leur niveau en équipe A".
  • Deux de couple féminin : Loanne Guivarc'h et Claire Bové. "Elles étaient dans le quatre de couple qui, en 2015, a fait quatrième aux mondiaux à Rio. Ce duo était improbable au début de l'année, Loanne a eu des soucis de santé cet hiver. Mais elles ont survolé les débats à la régate de Mâcon, elles sont étonnantes".
  • Deux de couple masculin : Paul-Antoine Ricard et Esteban Catoul. "Esteban est polyvalent, il a gagné les bateaux courts en deux sans barreur en 2015 et en skiff en 2016, c'est une première ; il s'entraîne de manière intelligente. Paul-Antoine s'entraîne à Toulouse, il a passé un hiver moyen, mais aussi la qualité est là".
  • Quatre sans barreur masculin : Guillaume Lescoulier et Tristan Lautrette, Gatien Didry et Rémi Crosbie. "Ils sont entrés dans le collectif après la régate de Mâcon. Ils se sont préparés dans leur coin et ont battu le bateau "officiel". C'est un équipage sérieux, avec des rameurs puissants".
  • Huit féminin : Lise Aubry, Louise Lepers, Suzy Paquin, Marie Pachebat, Julia Verhoeven, Pauline Rossignol, Pauline Lotti, Violaine Aernoudts (barreuse : Agathe Angonin). "Je serais heureux d'avoir un huit chaque année. Cela confirme aussi que le groupe est plus dense et plus performant depuis deux ans chez les filles. C'est suite à Mâcon, et après Munich où nos quatre sans barreurs étaient trop loin des meilleurs à mon goût, que j'ai proposé qu'on essaie un huit".

 

Les Bleuets ont hâte de s'aligner dès ce samedi matin sur le lac Galve face à la concurrence européenne.

Consulter le programme prévisionnel des courses

Consulter la liste des engagés 

Se rendre sur le site internet de la compétition

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies