• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Rotterdam J7 - Trois bateaux, trois prouesses, trois médailles
Rotterdam J7 - Trois bateaux, trois prouesses, trois médailles

Trois bateaux en finales, trois médailles dont deux en or ! On avait rêvé d'un tel bilan, les rameurs tricolores l'ont fait. Avec une mention spéciale au deux sans barreur poids léger, dont le finish a enflammé le public.

 

Première finale des bateaux non-inscrits aux Jeux olympiques et paralympiques avec Guylaine Marchand et Fabien Saint-Lannes en deux de couple mixte LTA. Ils avaient survolé la course d'attribution des lignes d'eau dimanche dernier, ils ont fait de même pour la course de ce matin : ils ont caracolé en tête du départ jusqu'à la ligne d'arrivée avec 28 secondes d'avance sur les Autrichiens deuxièmes et 49 sur les Russes troisièmes. "On n'a pas regardé nos adversaires, commente Fabien Saint-Lannes, on a fait cette course pour nous, en travaillant sur notre coup d'aviron". Une domination et une médaille que les deux rameurs français créditent à tous : "C'est le résultat de trois ans de travail du groupe paralympique français, explique Guylaine Marchand, on s'est entraînés dans cette optique de performance, tout le groupe était dans cette aventure avec nous". Une course sur 2 000 mètres, une nouveauté en handi-aviron. "Cela apporte une meilleure visibilité et du dynamisme à la discipline, ajoute Fabien Saint-Lannes, on fait juste nos relances plus tard, on décale le train avant l'enlevage. Mais notre programme d'entraînement convient aussi bien à 1 000 qu'à 2 000 mètres". Après avoir savouré cette médaille d'or avec son coéquipier, Guylaine Marchand va pouvoir rejoindre les rameurs du quatre barré LTA engagé à Rio ; elle doit en effet remplacer Céline Aubert qui s'est blessée.

 

"Enfin de l'or"

What a race ! Une arrivée dans un mouchoir de poche, qui confirme la densité du deux sans barreur poids léger ; une finale qui a fait frémir le public du Willem Alexander Baan, avec une lutte sans merci entre les bateaux britannique, danois et français. Augustin Mouterde et Alexis Guérinot avaient annoncé qu'ils ne venaient pas ici faire de la figuration, ils l'ont prouvé au terme d'un parcours haletant. Cette année, ils auront touché les trois métaux, mais ce dernier gagné à Rotterdam est de la plus belle des couleurs. "Enfin de l'or", s'exclamait Augustin Mouterde à sa descente du bateau. Au passage des 1 500 mètres, les tricolores pointaient en deuxième position derrière les Danois. Et c'est là que tout s'est joué : "Dans les derniers 250 mètres, on est repartis, on a ramé n'importe comment, mais le résultat est là". Ce bateau est celui du partage de l'expérience, avec un rameur mutli-médaillé qui a ramé en équipe A en quatre sans barreur, puis en deux sans barreur avec trois équipiers différents, remportant à chaque fois une médaille, et d'un jeune rameur qui avait fait la transition depuis l'équipe B à travers le huit poids léger médaillé d'argent à Aiguebelette. "Jérôme Déchamp m'a fait confiance, remercie Alexis Guérinot, cela m'a beaucoup motivé et apporté techniquement, physiquement et mentalement". L'or, la consécration d'une saison internationale passée sur les podiums pour les deux jeunes Lyonnais.

 

Le travail se paye argent comptant

"On a eu un peu de doutes, mais on s'est vite remis dans les championnats, on a fait de bonnes sorties, on a retravaillé les bases pour reprendre confiance, on a fait de bons parcours". C'est ainsi que François Teroin résume les quelques jours qui ont séparé le repêchage du quatre de couple de sa finale de ce matin. "On avait perdu notre statut de favoris et les Grecs étaient devenus les hommes à abattre, ajoute Damien Piqueras, ça ne nous a pas fait de mal de faire un parcours supplémentaire". Et les Grecs ont bien été abattus… par les Français. Si l'Allemagne s'est installée en tête de la course d'entrée de jeu et ne l'a plus quittée, le bateau hellénique se voyait déjà monter sur la deuxième marche du podium. Mais si l'or n'était plus à leur portée, François Teroin, Damien Piqueras, Maxime Demontfaucon et Morgan Maunoir ne se voyaient pas laisser l'argent leur échapper et ont appliqué leur savoir-faire : aller très vite. Ils ont repris l'avantage sur l'embarcation grecque et ont empoché la médaille d'argent. Pierre Houin, présent depuis la veille à Rotterdam, n'a pas manqué d'aller saluer ses anciens coéquipiers avec qui il avait l'an passé décroché le titre mondial dans la discipline.

 

Le deux barré (Benoît Brunet, Benoît Demey et le barreur Thibaut Hacot) a terminé à la troisième place de la finale B.

 

Le parc à bateaux du Willem Alexander continue à se vider progressivement, maintenant que les deuxièmes championnats viennent de se terminer ; les lieux appartiennent désormais exclusivement aux équipages juniors qui couraient cet après-midi leurs demi-finales.

Le premier bateau à prendre le départ de ces courses fatidiques fut le quatre sans barreur masculin. Rémi Crosbie, Gatien Didry, Guillaume Lescoulier et Tristan Lautrette ont terminé leur course à la sixième position, ils courront la finale B demain à 9 h 50.

Le quatre de couple a réussi à relever le cap de la demi-finale : Alexandre Cordonnier, Stanislas Desgrippes, Esteban Catoul et Paul-Antoine Ricard sont partis en tête et ont conservé la pole position pendant les trois quarts du parcours. Ils n'ont pas pu résister aux attaques des bateaux américains et tchèques, mais en terminant troisièmes, ils se sont qualifiés pour la grande finale de demain à 12 h 15. "Les conditions de vent étaient compliquées, précise Alexandre Cordonnier, c'est ceux qui feraient le moins de fautes qui passeraient". Les Français ont réalisé une belle entame de course, réalisant un départ canon. "L'objectif était de partir fort, commente Stanislas Desgrippes, Polo nous a bien emmenés, ça nous a mis en confiance". La stratégie a fonctionné. "On était trois bateaux à se tirer la bourre, ajoute Esteban Catoul, on a été prétentieux".

En deux sans barreur masculin, Etienne Juillet et Paul Tixier sont passés à côté de leur course. Terminant sixièmes, on les retrouvera demain en finale B à 9 h 45.

En deux de couple féminin, le dynamisme de Loanne Guivarc'h et Claire Bové n'a pas suffi pour résister à la concurrence qui leur a petit à petit repris leur avance. Elles ont terminé à la cinquième place et courront la finale B demain à 10 h 05.

Dernière course de la journée, celle du skiff féminin. Margaux Bailleul a eu le malheur de tomber dans la demi-finale qui était la plus disputée, la plus rapide, dans un bassin qui subissait de plus en plus les effets d'un vent de travers contre. "L'Italienne, que je ne connaissais pas, bat la Néerlandaise championne d'Europe, commente la jeune Havraise. J'ai essayé au maximum de m'accrocher aux deux premières, mais je n'ai pas réussi. Demain j'ai vraiment envie de monter d'un cran, de les accrocher, voire de les doubler. Je n'ai rien à perdre, tout à gagner".

Dernier jour de compétition demain sur le Willem Alexander Baan, avec quatre finales B et trois finales A pour nos Bleuets !

 

Résultats du jour

  • Finale B du M2+ : 3e
  • Finale A du LTAMix2x : 1er (médaille d’or)
  • Finale A du LM2- : 1er (médaille d’or)
  • Finale A du LM4x : 2e (médaille d’argent)
  • ½ finale du JM4- : 6e = Finale B
  • ½ finale du JM4x : 3e = Finale A
  • ½ finale du JM2- : 6e = Finale B
  • ½ finale du JW2x : 5e = Finale B
  • ½ finale du JW1x : 3e = Finale A

 

Programme du Dimanche 28 Août

  • 9h45 : Finale B du JM2-
  • 9h50 : Finale B du JM4-
  • 10h05 : Finale B du JW2x
  • 10h15 : Finale B du JW8+
  • 11h15 : Finale A du JW2-
  • 12h15 : Finale A du JM4x
  • 13h15 : Finale A du JW1x

 

Regarder les photos du jour

Consulter la totalité des résultats U23

Consulter la totalité des résultats et des startlists junior

Consulter la totalité des résultats senior NO

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies