• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Mondiaux 2017 : trois nouvelles finales pour les Bleus
Mondiaux 2017 : trois nouvelles finales pour les Bleus

Une journée chargée à Sarasota pour les Bleus, avec pas moins de sept demi-finales au programme, dont six pour concourir à une grande finale mondiale. Trois embarcations françaises sont parvenues à tirer leur épingle du jeu et s'aligneront en finales A.

 

Le "Sunshine State", que l'on pourrait également qualifier de "Heat State", continue à délivrer aux athlètes de ces championnats du monde son lot de soleil, de coups de chaleur, contre lesquels les rameurs se battent comme ils le peuvent : hydratation permanentes, linges humides et autres astuces pour échapper aux effets nocifs que peut produire cette température caniculaire. Mais la performance est toujours au rendez-vous en dépit de ces conditions extrêmes.

 

Le quatre de couple poids léger masculin a ouvert le bal des demi-finales A/B ce matin à Sarasota, alors que le soleil déjà à son zénith faisait monter la température. Une température elle aussi en hausse sur l'eau, avec des affrontements acérés entre les protagonistes, tous candidats à la grande finale.

François Teroin, Damien Piqueras, Maxime Demontfaucon et Stany Delayre sont partis fort, et surtout ils sont restés devant. Poussés par les différentes attaques que leur position leur a permis d'anticiper et contrer, ils ont franchi la ligne d'arrivée une seconde avant les Italiens. "On a fait un bon départ, commente Stany Delayre, avec trois quarts de longueur d'avance, cela nous a permis de poser notre geste, de travailler techniquement sans subir. Les autres ont fait le forcing pour nous rattraper, on a attendu les 800 derniers mètres pour lancer des séries, on a pu les laisser lancer leurs attaques. Ca nous a poussés et dans les 250 derniers mètres, on a lancé l'enlevage, ça a été radical". On les retrouvera donc en finale A demain à 12 h 45.

 

"Ca a été une course chaude, mais on s'y attendait". Valentin Onfroy résume ainsi, en une phrase, son sentiment général sur cette demi-finale du deux sans barreur. "La demi-finale, c'est la pire course, poursuit-il, personne ne veut la louper. Si tu la passes, tu peux te dire que tes championnats ne sont pas trop mauvais, que tu rentres dans les six meilleurs mondiaux". Un départ un peu mal pris, des premiers coups pas très bien enchaînés, et voilà les deux Français dans le peloton, mais pas de tête. Ils ont alors commencé à gratter, série après série, en veillant à ne rien louper. "Ce n'était pas forcément propre, conclut Valentin Onfroy, mais rapide. On a fait quelques erreurs, mais on a optimisé". Et en effet, seul le résultat compte : les deux frangins ont décroché leur ticket pour la finale A samedi à 10 h 38.

 

La dernière qualification de cette matinée est venue en deux de couple poids léger. Pierre Houin et Jérémie Azou, qui n'ont pas couru depuis leur série de dimanche, ne se sont pas laissés surprendre, ni par la chaleur, ni par leurs adversaires. Les plus accrocheurs du jour furent les Polonais, mais ils n'ont pu se disputer que les seconds rôles avec les Allemands. Les Français n'ont pas dérogé à leur habitude : prendre la course à leur compte, devant, sans céder un pouce de terrain à leurs poursuivants. "On a fait une bonne course, commente Jérémie Azou, en appliquant les consignes. On avait peur de se faire surprendre par la chaleur sur le bassin, mais on a su gérer la température". Tous les voyants sont au vert pour le bateau phare de la flotte tricolore qui courra sa finale A samedi à 10 h 53.

 

Trois autres bateaux n'ont pas pu décrocher leur ticket pour les finales A

Le quatre sans barreur masculin avait passé la barrière des repêchages et s'est aligné ce matin avec l'envie de franchir cette dernière étape. Ils ont maintenu une bonne allure jusque dans le deuxième 500, mais ne sont pas parvenus à relancer, terminant à la sixième place de cette demi-finale. "On a fait le boulot, note Edouard Jonville, on n'a pas de regret. On a peut-être manqué d'un peu de fougue. Samedi on s'alignera en finale B, ce n'est pas rien".

Laura Tarantola et Claire Bové ont tout donné dans cette demi-finale du deux de couple poids léger. Pointant à la cinquième place au passage des premiers 500, elles ont réalisé une formidable remontée : deuxièmes au passage des 1 500 mètres, elles ont fini par craquer, passant la ligne d'arrivée à la quatrième place. Elles courront en finale B samedi à 9 h 15.

 

Dernière demi-finale de la matinée, celle du quatre de couple masculin. Après une très belle prestation en repêchage, Mickaël Marteau, Albéric Cormerais, Bastien Quiqueret et Maxime Ducret ont tenté de réitérer cette performance. A mi-parcours, ils ont lâché les chevaux et ont entamé une remontée progressive, titillant de près le bateau polonais qui franchira hélas la ligne d'arrivée une seconde avant eux, laissant les tricolores à la quatrième place. Ils s'aligneront samedi à 9 h 35 en finale B.

 

En demi-finale C/D du skiff, Thibaut Verhoeven a survolé la course, la menant de bout en bout. Au passage de la ligne d'arrivée, il affichait une avance de presque trois secondes sur le deuxième, le Finlandais Robert Ven. Il courra donc la finale C samedi.

 

C'est demain que se tiendront les premières finales pour les bateaux tricolores, avec de sérieuses opportunités de médailles à saisir, mais aussi les dernières demi-finales, celles des deux de couple féminin et masculin et du skiff handi-aviron PR1. De nouvelles places en grandes finales à la clef ?

Consulter la totalité des résultats et des startlists

Regarder les photos du jour

S'abonner à la page Facebook des équipes de France

 

Le programme tricolore pour le Vendredi 29 Septembre

  • 9h55 : 1/2 finale du PR1 M1x
  • 10h15 : 1/2 finale du M2x
  • 10h25 : 1/2 finale du W2x
  • 11h32 : Finale A du PR3 Mix2x
  • 12h45 : Finale A du LM4x
  • 14h20 : Finale C du M1x

Attention +6h en France

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies