Essen 2019 : cinq filles en argent !

Le Baldeneysee a rendu son verdict. Si l'Allemagne est présente sur la quasi-totalité des podiums, un seul bateau tricolore est parvenu à y monter : le quatre barré féminin s'est offert une belle course, et une belle médaille d'argent.

La météo a une nouvelle fois permis aux courses de se dérouler dans de bonnes conditions à Essen, même si le ciel gris et la chaleur ambiante laissaient présager des orages. Mais au bord du Baldeneysee, le public a su encourager les juniors qui avaient tous la même idée en tête : décrocher une médaille européenne. Parmi eux, quelques supporters français ont ainsi pu saluer l'argent du quatre barré féminin.

 

Une course vivante

Première finale A pour le clan français, et première médaille décrochée par le quatre barré féminin. Eva Klimacek, Lou-Anne Caniard, Gwendoline Toutoux et Ombeline Lucas et leur barreuse Mathilde Varnet ont bien senti qu'il s'agissait d'une finale européenne, même si elle ne comportait que cinq bateaux. "C'était tout le temps à la bataille, c'était difficile mais agréable, c'est ce qu'on pouvait attendre d'une finale. Même si on n'a pas pu se battre avec les Allemandes, on a réussi à vaincre les Italiennes. C'est une belle expérience pour la suite".

Les cinq tricolores ont laissé éclater leur joie sur le podium.

Clara Valinducq avait remporté sa série hier, se qualifiant ainsi directement pour la finale A. Une course au niveau très relevée, dans laquelle la Française n'est pas parvenue à revenir dans le trio de tête, composé des skiffeuses ukrainienne, grecque et allemande. Elle a franchi la ligne d'arrivée en quatrième position.

Victorieux en repêchage, Louis Pruvost, Mathis Nottelet-Tollard, Simon Vandercoilden et Arnaud Buard et leur barreur Mathéo Allemand-Unal collaient au bateau turc à mi-parcours, avant de peu à peu céder du terrain à leurs concurrents, pour terminer à la cinquième place de la finale A du quatre barré masculin.

Alexandre Barsse, Fergus Nevill, Pierre Minniti-Andrei et Maxime Vicot s'étaient qualifiés en repêchage hier. Dans cette finale A du quatre sans barreur masculin, de grosses nations de la discipline étaient alignées, et ce sont elles qui ont trusté les places sur le podium. Les Français ont terminé à la sixième place, cédant leur cinquième position dans les derniers mètres aux assauts des Serbes.

 

On y a cru jusqu'au bout. Margaux Petitjean, Noémie Aubert, Alice Leroux et Clara Schulte sont restées dans la bagarre jusqu'au bout, mais la concurrence ne leur a laissé aucune chance. Les quatre jeunes Lorraines ont terminé à la quatrième place de cette finale A du quatre de couple.

Romain Harat et Benjamin Haguenauer ont réalisé une superbe remontée en fin de parcours. Jamais décroché tout au long de la course, la marche était néanmoins trop haute pour le deux de couple français qui a quand même terminé à la quatrième place de la course.

 

Finales B

Le quatre de couple masculin n'a pas pu passer le cap des demi-finales, terminant à la quatrième place de la sienne. Deux heures plus tard, en finale B, Louis Ramos, Julien Viandier, Julien Zonderland et Victor Marcelot ont décroché la cinquième place.

Victor Toston-Lamm, Nathan Nous, Clément Assier, Thomas Herscovici, Antoine Perdigal, Adrien Auber, Louis Chamorand et Tom Puybaraud et leur barreuse Cameron Domergue couraient contre un bateau roumain en finale B ; ils ont remporté la course.

 

Prochain arrêt : Tokyo

Yannick Schulte revient sur cette compétition : "On aurait préféré faire davantage de médailles. On va profiter de celle du quatre barré féminin, mais c'est clair qu'il reste du travail. On espérait mieux du skiff féminin, du double masculin et du groupe pointe hommes. Il va falloir prendre un cran pour espérer briller à Tokyo. Dans trois finales A, on termine quatrièmes ; pour des championnats en Allemagne, il faut déjà s'attendre à perdre une place. Mais il faut que l'on soit meilleurs dans nos bateaux phares".

Prochaine étape pour les juniors, la régate de sélection de Libourne, à laquelle tous les rameurs juniors prétendant à participer aux mondiaux de Tokyo devront prendre part. C'est alors que la flotte française sera déterminée.

Retour aux actualités
//
Aucune image
Retour aux albums
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies