• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Lucerne 2019 : trois bateaux en finales A
Lucerne 2019 : trois bateaux en finales A

Le Rotsee affichait un calme olympien pour cette deuxième journée de championnat d'Europe. Une journée compliquée et peu prolifique pour les équipages tricolores. Deux sont tout de même venus ajouter leurs noms à ceux qui prendront part aux grandes finales dès demain matin à Lucerne.

 

Deux nouveaux bateaux qualifiés pour LA finale !

Ils nous auront fait peur jusqu'au bout de la course. A priori, ils se sont fait peur aussi ! La demi-finale du deux de couple masculin s'est avérée plus compliquée que prévu pour Hugo Boucheron et Matthieu Androdias. Les deux Français ne sont pas bien partis. "On s'est retrouvés loin, explique Matthieu Androdias, on a un eu coup de stress, mais on a su rester solidaires dans cette course". Ils ont alors joué avec le physique et, grignotant peu à peu leur retard, ils ont réussi à dépasser le double irlandais dans les derniers mètres, terminant ainsi troisièmes. "On voit arriver des bateaux qu'on ne connaissait pas, conclut Matthieu Androdias, la catégorie se densifie. Demain il faudra prendre le bon wagon". Finale A demain à 11 h 16.

L'après-midi a débuté sur le Rotsee avec les demi-finales du deux de couple poids léger féminin. Dans la première course, Laura Tarantola et Claire Bové ont tenu le cap face aux Biélorusses, avant de leur céder le leadership, tout en maintenant les Britanniques à distance. Leur deuxième place leur ouvre les portes de la finale A demain à 10 h 30. 

 

Puis, des déceptions...

Valentin et Théophile Onfroy avaient face à eux de solides outsiders… et les outsiders ont su tirer leur épingle du jeu face aux médaillés de bronze de Plovdiv. Leur quatrième place en demi-finale du deux sans barreur les envoie en finale B demain à 8 h 45. "Physiquement on est présents, commente Théophile Onfroy, le niveau est clairement monté. À nous d'élever le nôtre, d'élever le débat. On ne peut pas se satisfaire de ce qu'on a fait".

Même scénario pour Hélène Lefebvre et Élodie Ravera-Scaramozzino. Au contact en début de course, les deux Françaises ont peu à peu décroché pour terminer à la cinquième place de la demi-finale. "On a été combatives, note Élodie Ravera-Scaramozzino, on savait que ça serait serré. Ça n'est pas passé, mais on s'en servira pour les prochaines compétitions". Elles courront la finale B demain à 8 h 50.

Julien Montet, Guillaume Turlan, Benoît Demey et Benoît Brunet avaient face à eux de solides concurrents, notamment des médaillés aux derniers mondiaux que ce soit en quatre ou en huit. Les Français n'ont pas pu se raccrocher au bon wagon au départ et ont terminé à la sixième place de la demi-finale. Ils courront la finale B demain à 9 h 05.

Marie Jacquet n'a, elle non plus, pas réussi à s'accrocher à la tête de la course. La Suissesse a dominé sur ses eaux, suivie des skiffeuses néerlandaise et autrichienne. La Française finit quant à elle cinquième, et s'alignera demain à 9 h 40 en finale B.

Thibaud Turlan, Stanislas Desgrippes, Hugo Quemener et Maxime Ducret savaient que la tâche ne serait pas facile en demi-finale du quatre de couple, face à des nations aguerries à la discipline. Ils ont terminé à la cinquième place de la course. Finale B à 9h50.

Marion Colard courait en repêchage du skiff poids léger aujourd'hui, avec seulement deux places qualificatives au bout des 2 000 mètres de course. Sa quatrième place l'envoie en finale B demain à 9 h 15.

Repêchage également en quatre de couple pour Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Anne-Sophie Marzin et Julie Voirin. Une course compliquée et dense qu'elles ont conclue à la cinquième place. Finale B à 9h45.

Quatrième en série ce matin, Thibaut Verhoeven a terminé à la sixième place de la demi-finale C/D en fin d'après-midi. Il courra donc en finale D demain à 8 h 30.

 

Les Finales C

Noémie Kober et Marie Le Nepvou ont terminé à la deuxième place de la finale C du deux sans barreur.

Troisième place de la finale C du deux de couple poids léger pour Pierre Houin et Thibault Colard. "On a du mal à retrouver ici ce qu'on a fait à Bellecin, explique Pierre Houin, on part toujours devant, mais on retarde quand les autres passent la seconde. On a pu exister à différents moments, on a ressenti des différences, même si cela ne se voit pas".

 

Rendez-vous donc demain pour suivre les courses du clan tricolore et, on l'espère, voir flotter le drapeau français !

N'oubliez pas, vivez les grandes finales en direct à partir de 10h sur la chaîne l'Équipe et sur le site l'Équipe 

 

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies