Un été au banc fixe

Plusieurs événements viennent ponctuer l'été pour les pratiquants de banc fixe, avec une diversité d'embarcations, de paysages et de parcours. Des rendez-vous qui existent, pour certains, depuis de nombreuses années.

 

Depuis quelques années, la Fédération Française d'Aviron cherche à promouvoir et à développer la pratique du banc fixe, en parallèle à la pratique de l'aviron de rivière, de mer et de l'aviron indoor. Cette pratique ne manque pas de variété dans les embarcations que l'on y retrouve ; la plupart trouvent leur origine dans la tradition et l'histoire locale, comme la pêche côtière. De quoi donner un intérêt autre que la simple performance lorsque l'on prend part à une compétition, qu'elle soit destinée exclusivement aux bateaux à banc fixe ou qu'elle leur mêle des embarcations à coulisse... Et les événements sont nombreux au calendrier, tout au long du littoral français, voire ultramarin !

 

En Martinique

Le 30 juin, Zaviwon organisait le championnat d'aviron traditionnel de Martinique. Une compétition qui trouve ses origines dans celle des embarcations : les pêcheurs entre eux s'amusaient à courir les uns contre les autres après leur journée de travail, et devant l'engouement qu'ils suscitaient, ils ont décidé d'intégrer les fêtes patronales. De la yole confectionnée en gommier au début, ils sont désormais passés à des bateaux en matériaux composites à 3 rameurs.

 

Le Challenge Mérignac

Le 20 juillet, Le Barcarès accueillait la 18eédition du challenge Mérignac, championnat de rame traditionnelle banc fixe devenu championnat d'Occitanie en 2018. Julien Housset, conseiller technique sportif, a fait évoluer cette année la formule vers le beach rowing cette année. Dix-neuf équipages (soit 90 rameurs environ) venant des départements 66, 31 et 46, étaient inscrits, soit cinq équipages de plus qu'en 2018. Les bateaux utilisés sont des llaguts de rems – un bateau catalan de banc fixe à six rameurs et un barreur – et ont été découvert par des rameurs de rivière pour la première fois. Luc Poncelet, président de la ligue Occitanie, a participé au championnat en tant que barreur : « Chaque équipage devait réaliser deux parcours et les temps étaient additionnés pour obtenir un classement par catégorie : homme, femme, mixte. Un équipage de malvoyants a participé à l'épreuve pour la première fois, symbolisant l'ouverture générale de notre sport et de ses pratiques au plus grand nombre. Une ambiance festive, avec beaucoup de soutien autour de ce défi et, pour finir, un repas convivial offert par la municipalité du Barcarès. »

 

Le trophée Teink

La côte basque n'est pas en reste non plus avec, du 29 juillet au 3 août, la 27eédition du trophée Teink. Un raid côtier en six étapes d'une distance totale de 85 milles nautiques, soit 157 kilomètres qui va emmener les participants de Castro Urdiales à Saint-Jean-de-Luz. Cette année, ce sont 23 embarcations qui étaient engagées. La compétition se déroule en batteleku, un bateau traditionnel de 5 à 6 mètres de long, à l'origine en bois, utilisé pour la pêche. Trois rameurs sont à bord ; deux rames à tribord, et le barreur, un peu excentré, compense en ramant à bâbord. "La moyenne d'âge des participants est de 35 ans, note Christophe Idiartegaray, un des organisateurs, le plus jeune a 23 ans et le plus âgé 75 ans. Le profil est le jeune master, surtout rameur de traînière". Un raid qui a trouvé un bel appui lorsque la FFA a intégré la pratique du banc fixe. "Cela nous a facilité les démarches au niveau de l'organisation, poursuit Christophe Idiartegaray, on a travaillé tout seuls dans notre coin pendant près de 25 ans, maintenant on bénéficie de la mutualisation des structures de la fédération, d'une aide en communication".

 

Raid Jersey-Carteret

Le Sud-Ouest n'est pas la seule région concernée par le banc fixe. Le 27 juillet, c'est le club d'aviron de Barneville-Carteret qui va organiser la 36eédition de son raid international d'aviron en haute mer reliant Jersey à Carteret. Cette année, on assiste à la poursuite du regain du doris, bateau à fond plat ressemblant à une baleinière, et utilisé pour la pêche à la morue et sur les bancs de Terre-Neuve. Le 26 juillet, les embarcations d'aviron de mer sont chargées sur des barges à destination de l'île de Jersey, les doris sont tractées. "Cette année, nous allons accueillir plus de 70 équipages, précise Pierrick Ledard, du club de Barneville-Carteret, dont 6 à 7 doris. L'accueil sur l'île est très convivial, avec un repas le soir et la nuit en auberge de jeunesse. Le lendemain, on prend le départ pour 28 kilomètres de parcours. L'accueil dans le chenal se fait devant de nombreux spectateurs venus encourager les rameurs, et le soir on conclut par un barbecue géant et un concert". Une compétition à laquelle on participe à moitié pour l'aspect sportif, et l'autre moitié pour le côté festif. Accompagnateurs compris, ce sont 700 personnes qui sont parties prenantes à la compétition.

Tradition ancrée à de nombreux endroits du littoral de l'Hexagone, le banc fixe a de beaux jours devant lui avec une multitude de rendez-vous auxquels la FFA n'hésite pas à prêter soutien.

 

copyright : Ur Ikara

 

Tags associés

Banc Fixe
Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies