• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Tests en bateau en cette veille d’année olympique…
Tests en bateau en cette veille d’année olympique…

À Soustons pour les unes, à Libourne pour les autres, les collectifs France ont fait leurs tests de fin d’année, sur 2000 mètres, en bateau. Senior, U23 et Junior, toutes les catégories étaient convoquées avant de profiter des fêtes de fin d’année…

C’est à Libourne que les collectifs homme, Senior et U23 se sont retrouvés ainsi que le groupe Junior. Le mélange des effectifs a d’ailleurs permis de nombreux échanges entre athlètes et encadrants. À Soustons, les femmes, ont pu faire leurs parcours dans de très bonnes conditions après avoir laissé passer une météo compliquée sur 2 jours, le collectif féminin est resté concentré tout du long au vu des enjeux de cette saison. Bilan de cette étape importante dans le sud-ouest de la France…

 

À Libourne

Dans le secteur pointe olympique, un parcours en deux sans barreur ainsi que trois autres en quatre sans barreur étaient planifiés. Les frères Turlan confirment leur bon début de saison en remportant 3 confrontations sur les 4. Les rameurs du quatre sans barreur de 2019 restent bien placés (Brunet, Demey, Jonville, Montet), tandis que la nouvelle paire Mortelette-Verhoeven manque un peu de repères face à des appairages constitués depuis 2017. À noter que les frères Onfroy ne participaient pas à ce regroupement.

En couple poids léger A, Pierre Houin fait carton plein après son nouveau record à l’ergomètre (6’04) Il remporte ses trois parcours en double (deux avec Hugo Beurey, et un avec Ferdinand Ludwig). 

Les pointus U23 étaient évalués en deux et en quatre sans barreur (la paire Rubio-Givort reste d’ailleurs leader dans cette classe d’âge). En bateaux longs, l’écart avec leurs ainés reste malgré tout conséquent avec presque 14 secondes par rapport aux meilleurs. 

Pour le secteur couple U23, l’absence de jeunes athlètes comme Harat et Haguenauer s’est fait ressentir avec des résultats n’aidant pas à se projeter. Il faudra attendre la suite de la saison et le retour d’un effectif au complet.

Enfin, en couple olympique toutes catégories, même si les rameurs arrivent à faire jeu égal en double avec les poids léger, il n’en est pas de même en quatre de couple. En effet, les vice-champions du Monde U23 de Sarasota ont fait très forte impression en surclassant de deux secondes le bateau A composé de Ducret, Cormerais, Desgrippes et Tollet.

Le prochain rendez-vous pour les rameurs sera le stage de Prémanon pour le secteur A, avec en ligne de mire les championnats du Monde d’aviron Indoor début février.

 

Chez les juniors,

A Libourne toujours, avec ces conditions, ces changements d’horaires, ces embarquements compliqués… le chef de secteur Junior a trouvé intéressant de voir les jeunes s’adapter aux différentes contraintes. De plus, Y. Schulte, a trouvé ce croisement de calendrier avec les Elite très intéressant : « … le partage avec les seniors, les athlètes se voient évoluer, les entraineurs échangent il y a un vrai lien intergénérationnel qui peut se créer dans ces conditions. »

Concernant la performance, ici, pour les juniors, le but était vraiment de « ramener tout le monde en pointe pour créer de la densité ».  Croiser les paires, mettre les « coupleux » en pointe, tester des équipages… permettra de composer les binômes pour la suite. « On recherche les meilleures individualités pour constituer des paires et avoir le meilleur niveau.»

Les prochaines échéances pour nos bleuets seront donc le test ergométrique en février qui se suivra d’un stage à Soustons puis des championnats de France à Cazaubon début avril, point culminant de la saison.

 

À Soustons…

La tempête des premiers jours a laissé place à la compétition dès le dimanche, les sportives de Christine Gossé ont continué leur lancée après de bons tests ergométriques début décembre.

Laura Tarantola blessée pour ces tests, l’encadrement en a profité pour croiser les paires ayant qualifié les coques pour les Jeux de Tokyo. Ainsi Claire Bové, très bonne nage au sein du double PL français a pu faire un parcours aux côtés d’Élodie Ravera-Scaramozzino, connue pour ses très bons débuts et intenses fins de parcours. Un test d’appairage parmi d’autres, permettant aux athlètes de récupérer des informations qui leur seront précieuses pour la suite.

Le groupe du quatre de couple a également poursuivi son travail. En prenant des mesures grâce aux capteurs fixés sur les coques, l’encadrement a pu analyser avec précision la vitesse, les angles, les réglages... À noter, qu’Anne-Sophie Marzin, malade lors du test ergométrique était également absente lors de ces tests sur l’eau.

Enfin, en deux sans barreuse, des profils intéressants, médaillés des mondiaux et des Europe  U23 qui plus est, ont également été mixés afin de trouver les meilleurs appairages possibles.

Mélanger les athlètes A, les U23 et les poids léger au sein des coques a réellement permis à chaque individualité d’apporter sa valeur ajoutée, de s’engager, tout en se nourrissant des expériences de chacune. Un travail qui a donc été constructif avant que le groupe A ne s’envole pour l’Afrique du Sud, le 9 janvier…

 

Place dorénavant au repos avant de commencer cette nouvelle année 2020, une année cruciale durant laquelle chacune et chacun va devoir montrer ses capacités pour valider son ticket direction Tokyo…

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies