• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Performances de classe mondiale au coeur d'un WRICH accessible à tous
Performances de classe mondiale au coeur d'un WRICH accessible à tous

Cette deuxième journée des Championnats du Monde d’Aviron Indoor, également la plus dense, aura été le théâtre de superbes affrontements sur 2000 mètres et en relais.

 

Course d’ouverture : L’indoor dans toute sa splendeur

Toute la diversité de ces championnats du monde était représentée dans la première course du jour, à 9h, avec les catégories doyennes de ces mondiaux. Parmi les athlètes en lice, quelques visages bien connus des championnats d'aviron indoor tels que celui de Georges Basse, 94 ans et rameur le plus âgé engagé, ou Renée Camu, à la longévité sportive exceptionnelle. Les anciens athlètes internationaux étaient également représentés avec la participation de l’Australien Rod Stewart, vainqueur en poids léger 70-74 ans.

Mais c’est également le nombre d’engagés individuels ou récemment convertis à l’aviron indoor qui fait l’essence même de cette compétition. Qu’ils soient Norvégiens, Britanniques, Américains, Allemands, Péruviens ou encore Finlandais, tous avaient à cœur de montrer l’exemple aux plus jeunes qui allaient leur succéder sur le plateau de compétition.

 

4 titres de champions du monde pour les athlètes du collectif national Sénior français.

Dans le cadre de la sélection pour l’équipe de France, les rameuses et rameurs du groupe Sénior avaient répondu à l’appel de ces Championnats du Monde. Forts de leur expérience internationale, les Français ont trusté les premières places dans les différentes catégories.

C’est dans les catégories poids léger que nos internationaux ont le mieux tiré leur épingle du jeu. En U23 tout d’abord, Hugo Beurey est sorti vainqueur d’un duel qui l’a opposé à Ferdinand Ludwig en faisant la différence grâce à un très bel enlevage. Deux des principales têtes d’affiche de l’aviron français, Pierre Houin et Laura Tarantola, se sont également imposées en catégorie élite. Si la Grenobloise a rapidement fait la différence, le Lorrain a dû, lui, faire l’étalage de tout son talent pour se défaire de ses plus proches rivaux Thibault Colard et l’Italien Martino Goretti.

En toute catégorie U23, Margaux Bailleul, a su gérer sa course pour remonter une par une ses concurrentes. Elle a donc décroché le titre de championne du monde devant Adèle Brosse.

Face à la concurrence étrangère spécialiste de l’ergomètre, les meilleurs rameurs français ont dû se contenter des médailles d’argent et de bronze, notamment en Elite toute catégorie. Chez les femmes, malgré de très belles performances, Hélène Lefebvre et Élodie Ravera n’ont pu que constater la supériorité de l’Ukrainienne Olena Buryak. Pour les hommes, dans une concurrence très dense, Matthieu Androdias est monté sur la troisième marche du podium mondial.

 

Les records du monde tombent en para-rowing

Le contexte était idéal et l’ambiance du stade Pierre-de-Coubertin était propice aux superbes performances pour les rameurs para-aviron. Ce ne sont pas moins de trois records du monde qui ont donc été battus lors de ces courses. En 6:11, l’Italien Lorenzo Bernard a frappé un grand coup en établissant la nouvelle meilleure marque mondiale PR3 masculine en améliorant l’ancien record de plus de 8 secondes.

Le clan français n’a pas été en reste puisque deux de ses rameuses ont également signé des records mondiaux. Tout d’abord, l’indéboulonnable Perle Bouge a ajouté une nouvelle ligne à son palmarès en réalisant le record du monde PR2 femme en 8:03:2 ! Elise Marc, qui a terminé en seconde position de cette catégorie, est également passée en dessous de l’ancienne marque de référence. Elle possède donc désormais la deuxième meilleure performance mondiale.
Record du monde également battu en femme PR1. Et qui d’autre que Nathalie Benoit pour réaliser cette performance au lendemain de son record mondial sur 500m ? En réalisant 8:51:8, la rameuse de Marseille a marqué ces championnats du monde de son empreinte.

Au-delà de ces magnifiques records, les près de 70 athlètes para-rowing auront tous montré une incroyable capacité de dépassement de soi. Portés par le public et les autres athlètes, les derniers concurrents sont allés puiser dans leurs ressources pour franchir la ligne d’arrivée virtuelle.

 

Doublés 500m – 2000m pour Ants Einsalu. Déjà impressionnant sur une courte distance hier, le rameur estonien n’a laissé aucune chance au Français Hervé Bourquel (Reims CNRR) pourtant auteur du record de France après un départ canon ! Venu des Pays Baltes, Ants Einsalu aura donc bien rentabilisé son week-end parisien.

Et les Estoniens aiment visiblement bien la salle parisienne puisque son compatriote Leo Muiste a également réalisé cet exploit en catégorie Junior. Au terme d’une course bien maitrisé, l’Estonien a résisté au forcing du rameur ouzbek, qui a terminé second à moins d’une seconde. Dans cette épreuve, le Français Victor El Kholti a décroché la médaille de bronze.

Ward Lemmelijn (BEL) aura également réussi cette performance. Le Belge, ultra-dominant chez les U23 a dégagé une impression de puissance pour dominer sa course sur 2000 mètres.

Autre performance majeure : Le record du monde du Français Gérard le Flochic dans la catégorie 65-69PL avec un chrono de 6:51.

 

Des épreuves de relais spectaculaires

En conclusion de ce WRICh, les nombreux spectateurs présents dans les travées de Coubertin ont pu assister aux épreuves par équipe. Dans un format 8x250m à 4, les passages de témoins formaient un moment clef de ces courses. À ce jeu, les concurrents du CA Lyon se sont révélés comme de solides concurrents. Ils se sont imposés en relais masculins et en relais mixte au bout d’un finish exceptionnel dans cette dernière épreuve.

 

Accompagnés du discours clôture de Jean-Christophe Rolland, président de la FISA, les podiums mondiaux et nationaux de ces relais sont venus conclure ces Mondiaux d’Aviron Indoor Paris 2020.

 

À souligner, qu'une convention a été signée entre la Fédération Française d’Aviron et la Fédération Française de Sport Adapté à l’occasion de ces Championnats du Monde d’Aviron Indoor. Les deux fédérations poursuivent ainsi leur objectif commun de développer la pratique l’aviron à destination des sportifs en situation de handicap mental et psychique.

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies