• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Une reprise progressive sur le territoire
Une reprise progressive sur le territoire

Depuis le 11 mai, la France se déconfine peu à peu. Un  processus qui s’opère également progressivement au travers de nos clubs sur le territoire.

 

En aviron de rivière...

Au club d’aviron du Coudray Montceaux, Pascal Beaussart, le président, l’a bien souligné, dès l’arrêt de la pratique il a fallu commencer à échanger avec les principaux acteurs, « depuis le début du confinement nous avons transmis des informations à nos pratiquants, nous avons également pu poser des questions à la FFA, émis des idées pour la reprise etc... ». Le « post-confinement » était donc dans toutes les têtes et le travail sur la reprise n’a pas tardé à être entamé.  « Nous étions à peu près sûrs que allions devoir être sur de la pratique individuelle. J’ai organisé des conférences téléphoniques avec les encadrants, eu beaucoup d’échanges par mail… et au fur et à mesure de l’évolution de la situation et des retours des réunions, nous avons proposé un document, un document bien travaillé, esthétique avec des chapitres et des thématiques. »

Ce document, reprenant toutes les consignes de sécurité pour la bonne pratique, a donc été une base solide pour mettre en place différents outils. « Nous avons ensuite pu développer un document en ligne permettant à chacun de s’inscrire aux séances proposées, avec un nombre limité de 10 places pour chaque séance ». Une logistique qui doit être dynamisée par les encadrants et bien comprise par les pratiquants. Car ce sont 4 à 6 fois par semaine, que les rameurs et rameuses de Coudray Montceaux, majoritairement adeptes des compétitions longue distance, se rendaient habituellement au club. « C’est essentiellement un club d’adultes, il s’agit donc de leur apporter des réponses. Chaque personne souhaitant venir au club devra accepter les mesures et les appliquer, nous n’avons pas de très jeunes, ce qui est surement plus simple aussi pour cette logistique. Nous avons réussi à garder un planning d’entrainement avec 3 séances d’ergomètre ajoutées aux 4 séances sur l’eau. Nous avions gardé les ergomètres au club donc nous n’avons pas cette problématique de logistique pour les rapatrier aujourd’hui. »


Ce document a été communiqué à la mairie, à la ligue et la Fédération pour validation des bonnes pratiques et est dorénavant accessible sur le site du club et partagé sur les réseaux sociaux. « C’est aussi un outil promotionnel finalement, des personnes qui ne sont pas du milieu de l’aviron ont commenté et partagé ce document tel un bon outil à développer pour d’autres disciplines »

 

Sur la côte...

En aviron de mer, les clubs s’affairent également pour reprendre les pelles !

Gaëlle Iragne, présidente du club de la Société Nautique de la Baie de Saint Malo, le souligne aussi, la réflexion sur la reprise avait déjà bien été entamée !  « Ça doit bien faire 6 semaines qu’on a réfléchi à ce qu’on pouvait faire et nous avons ensuite reçu le protocole de la FFA, qui ne nous a pas surpris. Pour notre organisation nous avons un fichier protocole de base qui nous permettra ensuite des communications via une newsletter à destination de nos licenciés puis l'installation d'affiches au club. »

Sur le terrain, le club a dû réorganiser le parc à bateaux pour plus de fluidité et d’accessibilité : « Nos bateaux sont dehors, lorsqu’on arrive, on accède directement  aux solos » seules embarcations pour l’instant autorisées. À la SNBSM, ce sont près de 200 pratiquants qui avaient l’habitude de naviguer, alors avec seulement 6 solos et les 10 ergomètres autorisés aujourd’hui, les inscriptions doivent être régulées. « Nous mettons en place un Doodle avec une inscription unique jusqu’au 2 juin ».

Gaëlle Iragne l’indique, cette période sera une phase « test » : « On se laisse 15 jours pour voir ce que tout ça implique. […] Pour nos encadrants cela représente une responsabilité supplémentaire. » Ainsi, ce ne seront que les moniteurs salariés qui seront mobilisés pour débuter.

Mais avant de pouvoir naviguer, la présidente attend l’autorisation préfectorale. « Et puis entre les préfectures maritimes, les préfectures de région... c'est compliqué de savoir ce qu'il faut prendre en compte. Il y a donc un certain flottement. » souligne-t-elle toujours motivée malgré ces zones encore floues. « Nous espérons avoir la date rapidement pour nous permettre de tout communiquer en même temps et rapidement. »


Dans les « starting-blocks », les clubs font preuve de beaucoup de patience et de motivation pour répondre au mieux aux pratiquants passionnés et leur réouvrir les portes dans les meilleures conditions.

 


Retrouvez toutes les consignes pour la reprise de l'activité ici : Plan national de déconfinement

Tags associés

Vie Fédérale
Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies