• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Des records du monde sur l’ergomètre : Témoignages
Des records du monde sur l’ergomètre : Témoignages

Durant le confinement, les records sur l’ergomètre se sont enchainés. Des records de France mais aussi du monde ont été enregistrés. Un confinement sous le signe de la motivation !

 

Cette semaine ce sont au travers de deux profils que nous souhaitions parler des records du monde à l’aviron indoor. Claire Franson, du club de Corbeil Essonne dans la catégorie PR1 (para-rowing bras) et Martine Mallet, du club indoor Just Row It, dans la catégorie 70-79 ans, ont profité du confinement pour se lancer de nouveaux défis.

 

Claire Franson, licenciée à l’aviron depuis 1 an avait, suite à son opération du dos, besoin de « retranspirer » en extérieur dans un sport adapté à son handicap. Grande sportive et adepte des grands espaces lors de pratiques de sports outdoor tels que le trail, les randonnées et la course à pied, elle a choisi l’aviron qu’elle qualifie de thérapie : « le club de Corbeil Essonne m’a vraiment bien accueillie […] et je me suis orientée vers la compétition, toutes les manifestations en 2019, ça m'a vraiment plu. C’est un sport très technique, il a fallu trouver des limites entre ce que je pouvais pousser musculairement et ce que je pouvais faire avec les contraintes de mon handicap.  J’ai eu un basculement psychologique pour cet attrait pour la compétition. »

Avec un calendrier d’aviron rivière chargé et serré dû à l’année olympique, Claire Franson s’est davantage tournée vers de l’indoor en envisageant les championnats du monde d’aviron indoor comme LA grande étape du début de saison. « Mon objectif c’était ma forme physique, mon cardio en cette année olympique qui était chargée, je me suis focalisée sur les indoor où je pouvais avoir une belle progression. » Et cela s’est avéré payant puisque l’athlète para-aviron est passée de 10’47 à 9’33 sur l’épreuve de 2000m au stade Pierre de Coubertin début février.

Puis, en ce début d’année compliqué, d’une part par les crues, puis ensuite par la période de confinement, Claire Franson a revu ses projets avec sa coach pour retrouver la motivation sur l’ergomètre. Ce ne sont donc pas moins de 7 ou 8 entrainements que la rameuse a suivi chaque semaine pour atteindre ses objectifs de records. « J’ai continué sur l’ergo avec les crues et puis la motivation n’était plus forcément là et le confinement est arrivé. » Ce sont les records d’autres athlètes PR1 qui ont motivé Claire à se lancer et à revivre un effort long. La compétitrice a souhaité échelonner les épreuves d’endurance pour apprendre à bien gérer son effort. Alors, avant de se lancer dans le semi-marathon dimanche prochain, ce sont sur 5000m en 25’29’’1 et sur 1h avec 11 494m parcourus que Claire a débuté son palmarès du confinement.

C’est en croyant en ses projets et grâce à de la persévérance que Claire Franson a réussi à avancer dans sa vie professionnelle et sportive notamment. Rendez-vous à 10h, dimanche prochain à Corbeil, pour accompagner Claire qui se lancera sur 21 097m pour tenter de décrocher un autre record en attendant de revenir sur l’eau et pouvoir constater sa progression.

 

 

Martine Mallet, a, de son côté, remporté le record du monde du semi-marathon dans la catégorie 70-79 ans Femme Poids Léger en 1 h 34 ‘16. Une épreuve qui était, pour cette master, logique d’accomplir : « Tout simplement parce que pour moi il était logique qu'après avoir décroché le record du monde du 100Km (8H25'58"8 le 10/11/2018), puis le record du monde du marathon (3H19'12"8 le 04/05/2019), je devais forcement aller chercher le record du Monde du semi-marathon, rien de plus simple. » Accompagnée par sa coach Caroline Delas, ancienne rameuse Olympique bien connue du monde de l’aviron indoor, Martine Mallet s’est préparée avec rigueur, « je ne dirais pas que ce fut une partie de plaisir, mais avec la volonté on oublie les douleurs passagères une certaine euphorie vous gagne et sous son emprise les mètres défilent sans problème. Certes il faut savoir se gérer, écouter son corps, ne pas confondre vitesse et précipitation, la régularité paie toujours ».

Concernant les objectifs de records ? Ils sont de plus en plus nombreux : « Bien sûr que j'ai d'autres objectifs, notamment retenter de battre le record du marathon et ensuite, pourquoi pas, celui des 60 minutes, des 30 minutes, du 10 000 mètres et j'ajouterais avec un brin de folie celui du 24 heures qui joue avec mes petites cellules grises depuis pas mal de temps déjà. »

Fière et surtout ravie d’avoir montré à sa coach de quoi elle était capable, cette accro de l’ergomètre, qu’elle n’a découvert qu’en 2017, prône ce sport complet permettant de s’entretenir. Ainsi, Martine Mallet ne cache pas son enthousiasme lorsque nous lui demandons un mot pour celles et ceux qui nous lisent : « …en un mot que des bienfaits, alors un  conseil n'hésitez pas à vous inscrire dans des salles près de chez vous où l'on pratique cette discipline l’AviFit et puis, si vous devenez une où un féru de cette activité, alors vous pourrez comme moi  participer à diverses compétions, challenges, vous attaquer aux divers records Français, et pourquoi pas Mondiaux ? Croyez-moi vous gagnerez en assurance et performance et surtout vous rencontrerez, quoique champions et championnes, des personnes humbles, simples, heureuses de partager avec vous vos succès, mais aussi à digérer vos échecs. En un mot vous entrerez dans un univers convivial où l'on partage tout ».

 

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies