• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Lucerne 2019 : Des poids légers frais et médaillés
Lucerne 2019 : Des poids légers frais et médaillés

Trois bateaux français étaient alignés au départ des grandes finales du championnat d'Europe ce matin à Lucerne. Le Rotsee a rendu son verdict final : deux d'entre eux repartent médaillés de Suisse, le deux de couple poids léger féminin et le quatre de couple masculin poids léger. Deux belles médailles qui augurent d'une belle suite pour leurs réalisateurs.

 

Du suspens et des podiums ! 

Ce fut une lutte au sommet pour Léo Grandsire, Hugo Beurey, Benjamin David et Ferdinand Ludwig que cette finale du quatre de couple poids léger. Les grandes nations européennes de la discipline étaient au rendez-vous. La France n'est pas en reste non plus dans ce bateau, et elle l'a prouvé ce matin. "On est bien partis contrairement à avant-hier", commente Benjamin David. Tutoyant les Italiens et les Néerlandais, les Français ont tout fait pour se maintenir dans le trio de tête et y sont parvenus. "On a essayé de relancer sur la fin, jusqu'au dernier coup". C'est le bronze qu'on leur a passé autour du cou au ponton d'honneur. "Ce n'était pas simple d'aborder ces championnats avec seulement deux courses et Ferdinand Ludwig qui venait tout juste de monter dans le bateau". Il a en effet remplacé Thomas Baroukh en fin de stage de préparation. "Mais heureusement qu'on l'avait", ajoute Léo Grandsire. Si certains connaissent déjà les joies de monter sur un podium international, c'était une première pour le doyen (Léo Grandsire) et le benjamin (Ferdinand Ludwig) du bateau. Une bonne prise de repères pour la suite de la saison.

Laura Tarantola et Claire Bové attendaient ce retour ensemble sur la scène internationale avec impatience : pouvoir ranger le skiff et ne plus jurer que par le deux de couple poids léger. Et comme hier en demi-finale, c'est une nouvelle fois avec les Biélorusses que l'affrontement pour le leadership a eu lieu. À bord du bateau, l'adversaire de Laura Tarantola en skiff PL la saison passée. "On a fait une bonne course, commente la Grenobloise, ça s'est tout le temps tiré la bourre, mais on est restées dans notre bulle, dans le troisième 500 on a gagné en légèreté, en essayant d'écarter les Suisses". Et la stratégie a payé, puisqu'elles ont réussi à contenir leurs poursuivantes et à s'emparer de l'argent européen. "Médaillées aux Europe c'est quelque chose de dingue, conclut Laura Tarantola, il y a 4-5 ans je les regardais comme des idoles". Une médaille qui apporte de la confiance. "Maintenant on va retourner en stage et continuer à travailler", conclut Claire Bové.

Hugo Boucheron et Matthieu Androdias étaient à la ligne d'eau 6 pour leur finale du deux de couple, mais c'est vers l'autre rive, devant le public nombreux pour cette matinée de finales, que la course s'est jouée. Une course serrée dans laquelle les Néerlandais leaders ont complètement craqué pour terminer à la cinquième place. Sixièmes à mi-parcours, Hugo Boucheron et Matthieu Androdias n'ont pas réussi à rattraper leur retard et finissent cette année au sixième rang européen.

 

Le bilan du DTN après cette première grande sortie internationale

Le directeur technique national, Patrick Ranvier, est revenu sur ce championnat d'Europe : "Il s'agit, pour la majorité de nos équipages, des premières courses à l'international de l'année. Ce championnat, à ce moment de la saison, n'est pas un objectif prioritaire, même si on aime y faire des médailles. Mais sur ce premier constat, on peut saluer les deux belles confirmations du deux de couple poids léger féminin et du quatre de couple poids léger masculin. Les premières attendent depuis quelque temps, elles ont prouvé qu'elles étaient au-dessus du lot. Pour les seconds, on savait que le potentiel était intéressant, cela confirme notre savoir-faire en poids léger avec Ferdinand Ludwig qui a su tenir son rôle. Quant à nos bateaux phares, ils sont tous au même niveau ; ce n'est pas bon, mais sans réelle contre-performance. Le groupe n'est pas à son meilleur niveau, mais on le savait. L'ensemble va maintenant devoir progresser. En deux sans barreur féminin et en skiff, on n'y est pas. Mais le vrai problème est en deux de couple poids léger masculin".

Des ajustements seront faits en prévision de la deuxième étape de coupe du monde à Poznan.

 

Finales B

Valentin et Théophile Onfroy ont terminé à la troisième place, derrière le deux sans barreur biélorusse et à la lutte avec la paire britannique qui a fini par prendre le dessus.

Hélène Lefebvre et Élodie Ravera-Scaramozzino terminent à la deuxième place de la finale B du deux de couple féminin derrière les Néerlandaises, en contenant les attaques des Britanniques.

Julien Montet, Guillaume Turlan, Benoît Demey et Benoît Brunet ont terminé à la quatrième place de la finale B du quatre sans barreur, à la bagarre avec les Roumains et les Autrichiens.

Bien lancée en début de parcours, Marion Colard a cédé du terrain à ses concurrentes et termine à la quatrième place de la finale B.

Marie Jacquet était bien partie dans sa finale B du skiff, mais elle n'a pas pu tenir le rythme imposé par ses adversaires. Elle termine à la sixième place.

Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Anne-Sophie Marzin et Julie Voirin ont remporté la finale B du quatre de couple avec une confortable avance sur l'équipage suisse.

Quatrièmes jusqu'au passage des 1 500 mètres de course, Thibaud Turlan, Stanislas Desgrippes, Hugo Quemener et Maxime Ducret ont bataillé et remonté une partie de leur retard pour terminer troisièmes, à 33 centièmes des Estoniens deuxièmes.

 

Finale D

Thibaut Verhoeven a mené le parcours de bout en bout et termine confortablement à la première place.

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies