• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Empow'her : Un projet pour mesurer l'impact des cycles menstruels sur la performance
Empow'her : Un projet pour mesurer l'impact des cycles menstruels sur la performance

Début 2021, le laboratoire de recherche de l’INSEP (IRMES) a lancé le projet Empow’her. Trois fédérations, dont la FFA, sont impliquées dans cette étude qui vise à prendre en compte les spécificités des sportives de haut niveau et notamment l’impact de leur cycle menstruel sur les entrainements afin d’améliorer leurs performances.

 

Les recherches en sciences du sport se focalisent très souvent sur les facteurs influençant la performance dans le but d'individualiser l'entraînement des athlètes pour optimiser leur performance. Néanmoins, les femmes représentent seulement 35% de la population étudiée. Les spécificités féminines, comme les fluctuations hormonales liées au cycle menstruel, n’ont pas encore été intégrées dans ces recherches. Ce manque d’information engendre un défaut important dans l’individualisation de l'entraînement des sportives. Pourtant, divers facteurs de la performance, comme la force, l’endurance, la raideur ligamentaire, le sommeil ou la nutrition, sembleraient être sous l’influence des variations hormonales.

Si quelques études sur le sujet ont déjà été menées outre-Manche et outre-Atlantique, les recherches sur les liens entre performance et cycle menstruel restent rares. De plus, les études réalisées en conditions écologiques, c’est-à-dire en conditions réelles d’entrainement et non pas en laboratoire, se montrent quasi inexistantes. Le projet Empow’her (Exploring Menstrual Periods OWomen athletes to Escalate Ranking) a pour ambition de pallier ce manque de connaissance en France. En associant quatorze rameuses (soit 50% de la population de l’étude) à ce projet de recherche, la Fédération Française d’Aviron apparaît comme la fédération précurseur sur ce sujet. Des rameuses du pôle de Nantes, de l’INSEP et du collectif para-aviron sont ainsi mobilisées pour prendre part au protocole de février à avril 2021. Le suivi de ce projet au sein de la FFA est assuré par la Mission d’Aide à la Performance (MAP).

Suite à la phase protocolaire, les chercheures en charge du projet, Juliana Antero et Alice Meignié, devraient être en mesure d’avoir des résultats préliminaires au mois de mai. Les bénéfices de ces recherches serviront aux sportives à mieux appréhender les effets du cycle menstruel sur leur performance tout en facilitant le dialogue autour de ces questions. Pour leurs entraineur.es, les résultats de l’étude devraient, entre autres, offrir une meilleure compréhension de l’adaptation de l’entrainement requis pour les rameuses.

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies