• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Rendez-vous aux Pays-Bas avant la qualification
Rendez-vous aux Pays-Bas avant la qualification

Le Willem-Alexander Roeibaan va accueillir du 12 au 14 juillet 2019 la dernière étape de coupe du monde d'aviron. Dix bateaux tricolores seront dépêchés sur place.

Retour à Rotterdam
La dernière fois que Rotterdam a accueilli un événement d'envergure du calendrier international, il s'agissait des mondiaux Junior, U23 et non-olympiques de 2016, à peine la régate olympique terminée à Rio. C'est le bassin néerlandais qui a été choisi pour recevoir la dernière étape de coupe du monde cette année. Dernière occasion de tester et de faire des ajustements dans les embarcations qui se présenteront aux championnats du monde fin août à Linz, en Autriche, pour décrocher un des tickets qualificatifs pour les Jeux olympiques de Tokyo.

Trois équipages engagés chez les femmes
Après une deuxième étape en demi-teinte à Poznan, l'équipe de France resserre ses rangs et va se présenter sur le Willem-Alexander Roeibaan avec la ferme intention de redresser la barre.
Le secteur féminin, dirigé par Christine Gossé, va présenter trois bateaux. En skiff, on retrouvera Marie Jacquet, qui monte en puissance depuis son entrée sur la scène internationale. "Elle a connu pas mal de problèmes pendant l'hiver, commente la cheffe de secteur, il faut qu'elle prenne confiance sur des points qui lui permettront d'aller plus vite".
Après les essais en deux de couple lors de la deuxième étape de coupe du monde, le quatre de couple féminin va retrouver sa composition du championnat d'Europe, avec Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Anne-Sophie Marzin et Julie Voirin. "Il est important qu'elles reprennent leurs courses en main, note Christine Gossé, mais faire des doubles à Poznan n'aura pas été inutile. Hélène et Élodie ont pu apporter leur expérience à Margaux et Anne-Sophie sur la préparation, le debrief, c'est forcément positif". Emma Lunatti, autre athlète préparant le quatre de couple sera  alignée en skiff, elle pourra ainsi accomplir quelques parcours. Trois binômes n'iront pas à Rotterdam afin de continuer le travail pour accroître leur niveau de performance : le deux sans barreur et le deux de couple poids léger ainsi que le double TC, reconstitué pour la dernière échéance internationale de la saison.
 

Les rameurs tricolores alignés ce week-end
Côté masculin, ce sont sept embarcations qui seront présentes aux Pays-Bas. Pas de changement du côté du deux sans barreur de Valentin et Théophile Onfroy ni du deux de couple de Matthieu Androdias et Hugo Boucheron, qui ont repris le chemin de l'entraînement dès le lendemain de Poznan. Thibaut Verhoeven sera lui aussi de la partie en skiff, avec, à ses côtés, Romuald Thomas. "Il n'avait pas pu prendre part au skiff à Poznan, commente le chef du secteur masculin Samuel Barathay, il avait dû effectuer un remplacement dans le quatre de couple". Un quatre de couple qui va lui aussi retrouver sa composition de Lucerne avec Thibaud Turlan, Stanislas Desgrippes, Hugo Quemener et Maxime Ducret, de retour de blessure. Pas de changement dans la composition du deux de couple poids léger avec Pierre Houin et Hugo Beurey. "Le bateau a gagné en puissance, confirme Samuel Barathay, même si les écarts avec les meilleurs sont encore importants, mais on sent le frémissement de quelque chose, il faut foncer comme ça".
Des changements se sont opérés dans le quatre de couple poids léger : Thomas Baroukh a fait son retour dans l'embarcation aux côtés de Léo Grandsire, Benjamin David et Thibault Colard. 
"Ce sont les bateaux qui vont devoir prendre un cran à Rotterdam, commente Samuel Barathay, les bateaux phares vont devoir renouer avec les finales A et les autres s'en approcher. C'est un mouvement d'ensemble qui doit se faire. Le début de saison a été compliqué, mais c'est un peu comme à Plovdiv l'an passé. Les championnats du monde avaient mal commencé, mais ils se sont bien terminés". Concernant le quatre sans barreur, il ne pourra courir ce week-end. En effet, Julien Montet ne pouvant pas ramer pour raisons médicales, le M4- ne sera pas aligné à Rotterdam.

La pression monte à l'approche de la compétition, mais les rameuses et rameurs de l'équipe de France savent qu'ils ont une revanche à prendre, et c'est aux Pays-Bas qu'elle va se jouer.

Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies