• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Les collectifs nationaux séniors s'affinent en vue des prochains stages
Les collectifs nationaux séniors s'affinent en vue des prochains stages

Les courses sélectives ont eu lieu du samedi 4 juillet au samedi 11 juillet, à Vaires-sur-Marne. Les différents collectifs nationaux, qui prendront part aux stages estivaux ont pu être établis suite aux résultats de cette semaine francilienne.

 

Séniors Femmes

Les rameuses en lice pour intégrer les équipes de France Sénior et U23 ont clôturé la semaine de confrontation par des parcours les vendredi 10 et samedi 11 juillet. Sous la supervision de Christine Gossé et des autres membres de l’encadrement, les participantes à ces courses sélectives devaient faire leurs preuves afin d’obtenir leur place dans le collectif qui partira en stage dès le 20 juillet, à Temple-sur-Lot.

 

Depuis les bords du futur bassin olympique, Laura Tarantola, forfait, a pu constater que son habituelle coéquipière en double poids léger, Claire Bové, a fait respecter la hiérarchie en réalisant un excellent chrono de 7’35’’22 (95,34%) en série pour un 7’50’’71 (92,20%) en finale du skiff PL. Dans cette catégorie, Aurélie Morizot a réalisé « une bonne performance », selon les dires de la cheffe de secteur, en se classant seconde en 8’03’’48 (89,77%) et en reléguant Loanne Guivarc’h, troisième, à plus de sept secondes lors de la finale A.
Sans surprise, Laura Tarantola et Claire Bové, se retrouveront en double au prochain stage sur la Base Nautique de Temple-sur-Lot.
Leurs cinq plus proches poursuivantes lors des courses sélectives (Aurélie Morizot, Loanne Guivarc’h, Inès Bocanfuso, Fanny Puybaraud et Juliette Neyrat), toutes U23, travailleront dans l’optique des Europes de la catégorie, à Duisbourg. Pour cela, le stage à venir et les parcours de Libourne seront déterminantes, afin de décider des compositions pour essayer de décrocher une médaille en Allemagne.

 

En ce qui concerne le groupe couple toute catégorie, la hiérarchie n’a, là non plus, pas été bouleversée. Si c’est Élodie Ravera qui a réalisé le meilleur chrono du week-end en série avec 7’23’’34 (95,41%), c’est bien Hélène Lefebvre qui a dominé la finale A en 7’37’’26 (92,51%).
À son aise sur le bassin francilien sur les deux journées, Camille Juillet a terminé troisième de cette finale. Elle a devancé dans l’ordre, Margaux Bailleul, Violaine Aernoudts et Julie Voirin. Accompagnées par Emma Lunatti, absente de la compétition du week-end, ces quatre rameuses poursuivront la préparation d’un quatre de couple, tandis que Hélène Lefebvre et Élodie Ravera travailleront naturellement en double.

 

Chez les rameuses pointe, c’est une majorité de paires U23 qui se sont présentées à Vaires-sur-Marne. Parmi les trois parcours qui étaient au programme des deux sans barreur féminin, la finale A a permis à Adèle Brosse – Maya Cornut de confirmer leurs performances effectuées lors des parcours de décembre 2019, en signant le meilleur temps de cette course. Elles ont devancé de trois secondes deux autres équipages qui sont venus compléter le podium : Emma Cornelis – Pauline Rossignol, deuxièmes, Marie Pachebat – Anne-Sophie Marzin, troisièmes.
Au total, ce sont neuf rameuses qui participeront au prochain stage afin de construire des bateaux longs en vue des parcours prévus à Libourne les 1 et 2 août prochains.

 

Le bilan global de Christine Gossé, cheffe du secteur Femme : « Toute l’équipe de cadres du secteur femme tenait à souligner la belle dynamique et l’engagement des rameuses sur chaque course.
Il y a eu de belles batailles tout au long de l’ensemble des 2000 mètres. En ce qui concerne le groupe pointe, les rameuses ont montré leur capacité d’adaptation et n’ont fait preuve d’aucune crainte lors d’un troisième parcours effectué avec un changement de coéquipière au dernier moment. »

 

Séniors Hommes

Suite aux résultats des parcours masculins, Samuel Barathay et son équipe peuvent se projeter sur les regroupements à venir pour les différentes catégories.

Si en couple TC « les deux ténors (Matthieu Androdias et Hugo Boucheron) montrent qu’ils sont bien présents » et n’ont fait que conforter le staff tricolore dans leur choix, les courses de leurs homologues poids léger ont, quant à elles, permis à l’encadrement d’y voir plus clair :
« Depuis quelques mois, nous travaillions avec quatre rameurs pour constituer le double PL, et nous pouvions imaginer que la hiérarchie établie allait être confirmée à Vaires-sur-Marne. Cela n’a pas été exactement le cas dans la mesure où deux rameurs se sont détachés sur ces courses (Pierre Houin et Hugo Beurey) ». Pour cette embarcation, des piges, organisées à Libourne au début du mois d’août, devront confirmer la tendance dégagée sur le futur bassin olympique.

 

Du côté du groupe pointe, les frères Onfroy n’étant pas là, la victoire est revenue à une paire relativement récente Édouard Jonville – Thibaud Turlan. De l’avis du chef de secteur, « les deux rameurs ont montré qu’il faudrait compter avec eux pour la suite et ont rebattu les cartes ». Pour la constitution du quatre sans barreur, ce sont donc six rameurs qui travailleront lors du stage de l’équipe de France à Temple-sur-Lot : Edouard Jonville et Thibaud Turlan, mais également Benoît Brunet, Benoît Demey, Dorian Mortelette et Thibaut Verhoeven.

 

Après une période d’entrainement particulière liée au confinement, ces parcours ont donc permis à l’encadrement des équipes de France d’avoir une vision objective des états de forme de chacun, et de constituer les groupes qui partiront en stage à Temple-sur-Lot le lundi 20 juillet.

Tags associés

Equipe de France
Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies