• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Quatre médailles européennes pour les U23 tricolores
Quatre médailles européennes pour les U23 tricolores

À l'issue des derniers repêchages et des demi-finales, l'équipe de France avait réussi à placer cinq embarcations en grandes finales du Championnat d'Europe U23 de Duisbourg. Quatre sont parvenues à monter sur le podium avec deux titres à la clé.

Les journées se suivent, mais ne se ressemblent pas. Si le masque est bien sûr de rigueur, il était aujourd'hui plus difficile à porter, autant parce que le froid d'hier avait laissé la place à une chaleur plus estivale, mais aussi parce qu'il empêche quelque peu de manifester pleinement sa joie. Et le clan français a eu plusieurs occasions d'exprimer la sienne au fil de la journée.

 

Le quatre barré féminin champion d'Europe

Première finale de la journée pour le clan français, celle du quatre barré féminin. Maya Cornut-Danjou, Adèle Brosse, Pauline Rossignol, Emma Cornelis et leur barreuse Elsa Taboulet ont très rapidement planté le décor, s'installant en tête de la course dès le départ, laissant leurs concurrentes se départager les autres places dans la course. Car c'est bien l'or que les tricolores visaient, et elles l'ont décroché avec une avance de presque six secondes sur les Roumaines, faisant tomber le record du monde U23 en quatre barré féminin, détenu jusqu'alors par les Italiennes. "On a rempli tous les objectifs, commente Pauline Rossignol, en obtenant l'or, le record du monde et en nous faisant plaisir. On était stressé quand même, on ne savait pas si les autres avaient joué le jeu pendant la course préliminaire". Le podium, un instant magique, mais presque surréaliste pour les rameuses avec les mesures sanitaires. "On n'a pas pu féliciter nos adversaires, note Adèle Brosse, on n'a pas pu faire de photos ensemble. C'est un moment important, mais c'était presque triste, l'ambiance était étrange".

 

Le quatre de couple PL féminin "avide" de bronze

Elles sont allées chercher cette médaille, et surtout elles l'ont défendue ! Fanny Puybaraud, Inès Boccanfuso, Loanne Guivarc'h et Aurélie Morizot avaient de solides concurrentes face à elles dans cette finale du quatre de couple poids léger féminin. Les Allemandes ont pris la tête de la course, avant de se la faire ravir par les Italiennes. Derrière, les Françaises devaient répondre aux attaques des Néerlandaises et c'est avec 23 centièmes d'avance qu'elles ont franchi la ligne d'arrivée en troisième position, décrochant la médaille de bronze européenne. "On n'est pas les flèches du départ, mais on la voulait cette médaille", lancent d'une seule voix les quatre rameuses. "On sait qu'on est fortes pour lisser les parcours, ajoute Loanne Guivarc'h, on y a cru jusqu'au bout et c'est ce qui a fait la différence". Mais c'est aussi la joie d'avoir pu prendre part à une compétition internationale qui domine : "C'est bizarre de ne pas pouvoir partager, note Aurélie Morizot, mais s'il faut ça pour qu'il y ait des compétitions, pas de souci".

 

De l'or pour le quatre de couple PL masculin

Pierrick Verger, Baptiste Savaete, Florian Ludwig et Corentin Amet avaient déjà posé leurs marques en série, ils ont confirmé sur la finale. Leurs qualités techniques, vantées par les commentateurs, ont été un de leurs atouts dans cette finale du quatre de couple poids léger masculin. Ils ont pris le leadership de la course et ne l'ont pas lâché, contrant les assauts de leurs adversaires et empochent une belle médaille d'or, faisant une nouvelle fois retentir la Marseillaise sur le bassin de Duisbourg. "Ce fut une belle bataille, commente Pierrick Verger, on a réussi à faire une course pleine, tout le monde était au rendez-vous par rapport aux séries où il n'y avait qu'une seule place qualificative". Un constat partagé par tous. "Ça a attaqué de tous les côtés, ajoute Corentin Amet, ça fait plaisir, on se méfiait particulièrement des Italiens". Une confiance mutuelle les a soudés et leur a permis de monter sur le podium. "C'est un vrai bonheur d'être ici, lance Baptiste Savaete, c'est tellement bien que la compétition ait pu se réaliser, au podium, on a fait selon les contraintes, mais ce qu'on aime c'est avant tout faire des courses, donc on fait avec".

 

Tixier/Ludwig, un duo bronzé

Au terme de leur demi-finale qu'ils ont bouclée à la troisième position, Paul Tixier et Ferdinand Ludwig savaient que la tâche serait rude, surtout sur une ligne d'eau extérieure. Les Belges et les Allemands sont partis en tête, les premiers ont pris l'avantage avant le passage du 1 000 du milieu. Les Français ont attaqué nos voisins d'Outre Rhin, s'étant mis à l'abri des attaques italiennes. Ils ont néanmoins terminé à la troisième place de cette finale qui reste l'une des plus disputées, et remportent la médaille de bronze. "Avant le championnat on se basait sur 2019, commente Paul Tixier, mais le niveau à Ioannina était moins élevé que cette année. On aurait préféré avoir l'argent, mais on a fait une grosse course et on n'a pas de regrets". Le duo est monté en puissance au fur et à mesure du championnat. "On est monté crescendo, ajoute Ferdinand Ludwig, on a fait des courses de plus en plus complètes et cette médaille sera la dernière de Paul chez les U23".

 

Le quatre barré homme échoue au pied du podium

Un trio de tête s'est rapidement détaché dans la finale du quatre barré masculin, avec l'Allemagne, l'Italie et l'Irlande. Charlélie Rubio, Liam Brisson, Louis Chamorand et Téo Rayet, barrés par Julien Deck, ont bataillé avec les Roumains, et se sont emparés de la quatrième place au coup par coup, au détriment des Roumains.

 

Les bateaux en finale B

Première finale B de la journée pour le clan français, celle d'Etienne Juillet et Esteban Catoul en deux sans barreur masculin. Si la paire grecque était intouchable dans cette course, les deux tricolores sont parvenus à remonter sur les Estoniens après le passage des 1 000 mètres et ont terminé à la deuxième place.

Course suivante, la finale B du deux de couple féminin. Clara Valinducq et Lucine Ahyi avaient couru à 8 h 25 leur repêchage, reporté à ce matin en raison de l'interruption de la course hier. Après les 500 premiers mètres, les Françaises n'ont pas pu contenir les Croates qui se sont emparées de la première place, suivies des Danoises ; elles ont terminé à la troisième place.

Pauline Lotti, Marie Pachebat, Audrey Feutrie et Aurélie Bouchot étaient alignées en finale B du quatre sans barreur féminin. Elles ont réussi, dans les 500 derniers mètres, à remonter sur le bateau danois et ont terminé à la deuxième place.

Quatrième de sa demi-finale du skiff poids léger masculin, Etienne François a achevé son parcours en finale B. Deuxième à 500 mètres de l'arrivée, il a cédé du terrain au skiffeur portugais et a terminé à la troisième place de la course.

Hugues Larchevêque, Stanislas Desgrippes, Benjamin Haguenauer et Romain Harat avaient laissé beaucoup d'énergie après le repêchage arrêté aux 1 000 mètres et reporté en fin de programme hier soir. Leur cinquième place en demi-finale les a envoyés en finale B l'après-midi. Ils ont tout tenté dans cette course et finissent deuxièmes, à 21 centièmes derrière les Lituaniens.

Adam Le Gal et Anthony Girerd avaient terminé à la cinquième place de leur demi-finale dans la matinée. En finale B, c'est en quatrième position que leur parcours s'est achevé à Duisbourg.

 

 

Sitôt les courses terminées, les Bleus ont repris la route pour la France. Objectif pour tous, quel que soit leur âge l'an prochain : la saison 2021 qui va très bientôt démarrer, après un passage dans leurs clubs pour les championnats nationaux à Gravelines fin septembre.

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies