• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Les Juniors prennent date pour l'avenir au Championnat d'Europe
Les Juniors prennent date pour l'avenir au Championnat d'Europe

Sous un ciel clairsemé, l’équipe de France junior s’est parée de six médailles, dont deux d’or. Et ceux qui n’ont pas eu l’opportunité de monter sur le podium ont atteint de belles places. Une superbe performance de l’ensemble du collectif !

Avec six médailles (deux d’or, trois d’argent et une de bronze), la récolte 2020 est plus fructueuse que celle de 2019, où seul le quatre barré féminin avait glané une médaille d’argent. "Les temps "pronostics" réalisés en stage laissaient penser que le groupe était relativement homogène et plutôt vers le haut", affirmait Patrick Ranvier avant les finales.

 

2 bateaux champions d'Europe, 3 médailles d'argent et une de bronze

Premier bateau tricolore à s’élancer dans l’arène serbe face à des tribunes garnies par les sportifs présents, le quatre barré masculin a longtemps tenu la dragée haute aux Ukrainiens. Killian Adams, Zadig Hoang, Pierre Minniti-Andrei et Mathias Meriguet, barrés par Lucie Mercier, accusaient seulement quatre dixièmes de retard et décrochaient une magnifique médaille d’argent. "On est très contents de ce que l’on a fait. On savait les Ukrainiens très forts, on a essayé de les surprendre. On est même parvenu à mettre un peu la boule devant, mais on n’était pas dans la mesure de les suivre quand ils appuyaient. On s’est quand même accroché, expliquait Zadig Hoang. Le bonheur est très grand, c’est exceptionnel."

Deuxième course et nouvelle médaille pour le collectif français. Quatrième à l’entame des derniers mètres, le quatre de couple féminin a réédité sa performance de la veille en mettant les bouchées doubles pour arracher le bronze promis aux Roumaines. Énorme course de Jeanne Roche, Gaïa Chiavini, Ilona Rey-Nouzaret et Moïra Bouloré ! "On avait la consigne de partir moins fort qu’hier, d’en garder sous le pied au mille pour être en mesure d’attaquer. On s’est fait super plaisir sur la course, on a ramé comme on sait faire et c’est vraiment le reflet de ce que l’on a produit durant deux mois", se félicitait cette dernière.

C’est finalement la troisième finale qui offrait la première médaille d’or au collectif français. Victor Marcelot, magistral lors des séries, a survolé la finale du skiff sur le lac Sava pour s’offrir la première place du podium. Sa performance de la veille l’avait placé dans la peau du favori et le Tricolore a confirmé sans trembler. "Il y avait plusieurs plans en fonction de mes adversaires. J’ai pris un peu d’avance rapidement avant d’en remettre une couche, puis j’ai profité des derniers 500 mètres, assurait ce timide au grand sourire. Lorsque la Marseillaise a été jouée, j’ai ressenti beaucoup de joie et d’émotion."

A peine le nouveau champion d’Europe junior skiff avait-il le temps d’approcher le podium que le deux sans féminin avait la bonne idée de terminer deuxième de sa finale. Fleur Vaucoret et Émilie Mouchet devenaient vice-championnes d’Europe et leur titre, comme tous les autres précédemment acquis par la France, ne souffrait d’aucune contestation. "Nous sommes très fières du résultat final. On savait que ça allait être très dur avec les Roumaines, mais on se faisait confiance. On a tout donné, on n’en pouvait plus", s’exclamait le duo dans un sourire, très ému d’avoir porté le drapeau tricolore sur le podium en cette "journée incroyable pour l’équipe de France".

Une dizaine de minutes plus tard, les Bleuets savouraient à nouveau la récompense suprême avec son quatre sans féminin. Composé par Marion Chagnot, Ruxandra Botezatu, Lou-Anne Caniard et Noémie Sèpe, le bateau tricolore s’illustrait sur l’eau. Fort et rapide, il était tout simplement inatteignable pour la Grèce et la Russie. "On ne réalise toujours pas, juraient Noémie Sèpe et Marion Chagnot au parc à bateaux. On n’avait pas les meilleurs pourcentages durant l’été, c’était compliqué. Je pense qu’on a réussi à se mobiliser durant la compétition pour montrer qu’il ne fallait pas nous oublier. On est tellement heureuses !"

Le clan français se remettait tout juste de ses émotions qu’une nouvelle médaille venait se rajouter à la besace tricolore. Le quatre sans masculin, guidé par Grégoire Charles, Alexandre Barsse, Dorian Marques-Vigneron et Fergus Nevill, glanait une troisième médaille d’argent, portant le total à six, dans une épreuve dominée par la Roumanie. Avec les Français, à ce moment-là, l’équation était simple : une course, une médaille. "On est venu pour l’or, on repart avec l’argent, mais on est content de notre performance. Cette médaille, c’est un an de travail rendu compliqué par le Covid-19, donc on est vraiment heureux", confiait Fergus Nevill.

 

Pas de médaille, mais de belles performances pour quatre bateaux

C’est à 14 h 36 qu’entraient en piste les nouveaux finalistes, fraîchement qualifiés des demi-finales du matin. Le deux de couple masculin, porté par Antoine Lefebvre et Cornelus Palsma, ne résistait pas aux coups dévastateurs de ses concurrents et franchissait la ligne d’arrivée à la sixième place. Les deux Français n’ont rien à regretter tant ils ont affiché de solides compétences ce week-end. Mya Bosquet et Zélie Jacoulet étaient, elles, plus proches d’une nouvelle médaille. Le deux de couple féminin a vainement tout tenté pour rattraper la Grèce, bien installé en troisième position, et terminait au pied du podium. 

Deux équipages français étaient passés à la trappe durant le week-end. Le passage en Finale B du deux sans français, hier à l’issue des repêchages, avait laissé Armand Pfister et Antoine Mahut "amers". Alors, ce midi, en lever de rideau des finales principales, ils ont franchi la ligne d’arrivée en première position sans trop de difficultés, devant la Croatie et la Pologne, concluant leur participation serbe sur une bonne note.

Quant au quatre de couple masculin, composé de Martin Bauer, Clément Assier, Nicolas Armenjon et Jules Cresson, il cédait la dernière place qualificative aux Suisses, après une faute technique dans la deuxième partie du parcours, ce matin. Les Tricolores, qui, rappelons-le, ont gagné leur place lors du parcours handicap à Bellecin, se sont remobilisés pour accrocher la quatrième position de la Finale B dans une course très relevée remportée par l’Espagne.

 

Après toutes ses émotions, l’heure était déjà au bilan pour Yannick Schulte, chef de secteur junior, en plein rangement du matériel sur les remorques : "Six médailles, c’est bien et intéressant. Il manquait des nations, on le savait. On a des bateaux qui évoluent sensiblement à leur niveau, on aurait peut-être espéré une victoire en plus, mais c’est comme ça. Sur le résultat général, la journée est quand même bonne."

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies