Les Bleus à l'assaut de Poznan

L'heure tant attendue est enfin arrivée : l'équipe de France Sénior et para-aviron va enfin pouvoir renouer avec les bassins internationaux et retrouver la concurrence européenne après de longs mois d'attente.

 

Ils auront passé des semaines à attendre : tout d'abord confinés à s'entraîner sur l'ergomètre, puis de retour sur l'eau à Vaires-sur-Marne début juillet pour les premiers parcours en bord à bord, les Bleus étaient impatients d'en découdre à nouveau avec leurs adversaires internationaux. Mais ils guettaient également les annonces car l'annulation des épreuves organisées par la FISA et, surtout, le report des Jeux olympiques, laissait planer l'incertitude sur l'organisation ou non des championnats d'Europe élite, que la confédération européenne d'aviron avait tenu à préserver en les reportant de juin à octobre. Mais le championnat d'Europe U23 de Duisbourg - qui allait servir de test pour les suivants - s'étant bien déroulé, Poznan pouvait se préparer à accueillir l'élite de l'avion européen.

 

Avec plusieurs stages successifs à Vaires-sur-Marne, à Temple-sur-Lot et à Prémanon, l'équipe de France a pu affuter ses armes. "Tout s'est bien passé, commentait le directeur technique Patrick Ranvier qui, au fil de l'été, a sillonné la France à la rencontre des athlètes sur leurs lieux de regroupement, les rameuses et rameurs se préparent dans de bonnes conditions, tout en respectant le protocole sanitaire". Ces différents rendez-vous ont permis de déterminer la composition des embarcations. Les piges de Libourne ont ainsi été déterminantes pour distribuer les coulisses à celles et ceux qui briguaient une combinaison tricolore. "Ces piges nous ont permis de voir que le confinement n'a pas altéré de manière sensible le travail, confiait Patrick Ranvier début août, certains ont confirmé et progressé". Christine Gossé, cheffe du secteur féminin, remarquait même que les "deux doubles vont vers le meilleur".

Du côté de Temple-sur-Lot, les dernières semaines de stage communes au secteur Sénior Homme et au secteur Para-Aviron auront permis aux deux groupes d’échanger et de croiser leur regard quant au travail de chacun. Aux dires de l’encadrement de l’équipe de France, cette expérience a été bénéfique pour tous, staff et rameurs. De son côté, le secteur Femme a choisi Prémanon et le Centre National de Ski Nordique pour réaliser son stage de septembre dans des installations équipées d’un système en hypoxie reproduisant les conditions trouvées à 2.500 mètres d’altitude.

 

La seule ombre au tableau, à l'issue de cette préparation, est le forfait du deux de couple masculin : Hugo Boucheron a été testé positif à la Covid-19 la semaine dernière. Son coéquipier Matthieu Androdias a été placé à l'isolement, ainsi que le skiffeur Albéric Cormerais et l'entraîneur Alexis Besançon. Avant de prendre le départ pour Poznan, le reste de la délégation française a subi un test PCR : négatif pour tout le monde.
À n'en pas douter, les Bleus auront à cœur de porter au plus haut les couleurs françaises, avec dans leurs pensées leurs deux coéquipiers contraints de rester en France. Au total ce sont quatorze embarcations qui seront départ de ce championnat d'Europe. Toutes les compositions sont à retrouver dans le trombinoscope.

Tags associés

Equipe de France
Retour aux actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies