• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Coupe du Monde de Zagreb : les Bleus assurent lors de la première journée
Coupe du Monde de Zagreb : les Bleus assurent lors de la première journée

Des contre-la-montre certes, mais déjà de belles expériences pour les finales A de demain. Des vents violents étant attendus dimanche, c'est samedi après-midi que les Bleus joueront le tout pour le tout lors des finales A de cette première étape de coupe du monde.

 

Cette première étape de Coupe du Monde à Zagreb est vraiment une compétition particulière. Particulière dans un premier temps en raison du contexte sanitaire, mais l'on en prendrait presque l'habitude. Particulière aussi avec un format en contre-la-montre qui, à l'image des courses préliminaires pour l'attribution des lignes d'eau, permet de cacher son jeu. Et quand l'on cumule les deux, en raison d'un faible nombre de bateaux engagés, on sait encore moins de quoi les finales seront faites !

La flotte française présente en Croatie compte dix bateaux, avec un parcours dans la compétition très variable en fonction du nombre d'adversaires. Avant même de prendre le départ ce matin, certains savaient qu'ils joueraient la couleur de la médaille, d'autres le classement en grande finale, et donc le podium, et d'autres une qualification pour la suite de la compétition.

 

Les premières à s'élancer sur le lac Jarun étaient Maya Cornut et Emma Cornélis, en deux sans barreur. Si le parcours a été dominé par la paire croate, les Bleues ont terminé à la troisième position deux secondes derrière les Tchèques. "Elles peuvent aller au contact et s'amuser avec elles, commente la cheffe de secteur Christine Gossé, et jouer crânement leur chance". Verdict demain à 13 h.

Thibaud et Guillaume Turlan couraient quant à eux pour décrocher une place en finale. Une course contre-la-montre, comme toutes les autres, mais un classement réparti dans les séries d'origine. Quoi qu'il arrive, les frères Turlan ont décroché le deuxième temps au général, derrière les frères Sinkovic qui couraient dans l'autre série. "Ils ont fait une bonne première partie de course, commente le chef de secteur Samuel Barathay, ils ont eu du mal à se mettre en route". Une analyse confirmée par les rameurs, avec un temps d'accrochage restreint et des conditions changeantes sur le parcours à gérer.

Comme le deux sans barreuse, le deux de couple féminin n'avait que deux adversaires dans sa course préliminaire. Hélène Lefebvre et Elodie Ravera-Scaramozzino ont terminé à la deuxième place de leur contre-la-montre, derrière les Lituaniennes et devant les Hongroises. "C'est leur premier parcours ensemble en compétition depuis plusieurs mois, elles se remettent en place, mais c'est encourageant. Je suis optimiste pour la suite".

Hugo Boucheron et Matthieu Androdias ont à leur tour pris le départ de leur série, en remportant la première place aisément et s'arrogeant au passage le meilleur temps de la matinée. Avec quatorze engagés dans la catégorie, les champions d'Europe du deux de couple seront le seul bateau tricolore à devoir passer par des demi-finales demain en début de matinée.

Laura Tarantola et Claire Bové sont de retour ensemble en deux de couple poids léger, et plutôt de belle manière. Les Françaises remportent la série préliminaire, loin devant leurs adversaires habituelles biélorusses. "Elles confirment ce qu'on a vu à l'entraînement, souligne Christine Gossé, elles n'ont rien perdu, voire elles ont gagné depuis leur dernière compétition ensemble, reste à savoir si les Biélorusses ont joué le jeu ce matin".

Six partants pour la course préliminaire du quatre sans barreur masculin. Benoît Demey, Benoît Brunet, Thibaut Verhoeven et Dorian Mortelette ont terminé à la troisième place, derrière des Polonais dominateurs et à la lutte chronométrique avec les Croates. "Ils avaient consigne d'ouvrir sur le premier 1000, explique Samuel Barathay, on voit que le bateau est capable de faire ce qu'on a prévu".

Le quatre de couple féminin avait pour consigne d'exploiter la course au lieu de subir. C'est ce que Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Marie Jacquet et Emma Lunatti ont fait, terminant à la deuxième place au contact derrière le bateau allemand déjà qualifié pour les Jeux de Tokyo. "Elles ont réussi à construire leur course sans confrontation directe, note Christine Gossé, il reste maintenant à voir en opposition".

 

Les trois derniers bateaux français ont dû passer par les repêchages cet après-midi.

Le matin, Pierre Houin et Ferdinand Ludwig d'une part, Hugo Beurey et Victor Marcelot d'autre part, couraient chacun dans une série différente, mais terminaient tous deux à la deuxième place. L'après-midi, dans le même repêchage, c'est le duo formé par le Nancéien et le Saintais qui a terminé en tête de la course. Pierre Houin et Ferdinand Ludwig ont bouclé le parcours à la troisième place. "Une tête de rivière pour une première course ensemble ce n'était pas l'idéal, commente Hugo Beurey, on rame long, on pousse fort. On était à 34-35 de cadence tout du long, ça déplace". Les deux bateaux remettront néanmoins les compteurs à zéro demain en finale A.

Le quatre de couple ne connaîtra pas le même sort. Si le matin Romain Harat, Albéric Cormerais, Bastien Quiqueret et Benjamin Haguenauer savaient qu'il serait compliqué de décrocher la seule place qualificative face aux Estoniens, le pari semblait plus facile l'après-midi. Mais leur cinquième place en repêchage met un terme à leur parcours à Zagreb.

 

Mais à la pause méridienne, une autre nouvelle était tombée : les prévisions météorologiques pour dimanche ont contraint le comité exécutif de World Rowing à revoir le planning de la course, et de ramener les finales à demain après-midi. Le verdict de cette première étape de Coupe du Monde tombera donc un jour plus tôt, avec de belles chances de médailles pour l'équipe de France.

Retour aux actualités
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies