• Accueil FF Aviron
  • >
  • Actualités
  • >
  • Tokyo 2020 : Une bonne entame pour les Bleus
Tokyo 2020 : Une bonne entame pour les Bleus

La cérémonie d'ouverture ne se déroulera que ce soir à Tokyo, mais l'aviron fait partie des sports qui débutent parmi les premiers. Un début qui a vu la qualification des deux de couple masculin et féminin en demi-finales olympiques.

Le Sea Forest Waterway a offert aujourd'hui aux athlètes de bonnes conditions d'évolution, au regard de sa situation dans la baie de Tokyo. Quand, au-dessus des lignes d'eau, les avions se succèdent au départ de l'aéroport d'Haneda tout proche, sur le bassin les bateaux ont rivalisé tout au long de la matinée pour commencer à imprimer leurs marques à coups de pelles.

 

Les premiers à avoir planté leurs palettes dans l'eau de Tokyo sont Hugo Boucheron et Matthieu Androdias, lors de la première série du deux de couple masculin. Le bateau français a giclé du start de belle manière, s'emparant de la tête de la course pour ne plus la laisser. Résistant aux attaques du bateau chinois en particulier dans le troisième 500 et sur la fin de la course, la coque tricolore est parvenue à conserver un certain écart. Vainqueur de cette série, le duo tricolore prend la direction des demi-finales lundi 26 juillet en milieu de matinée. Les Français se sont même permis d'établir un nouveau record olympique à l'occasion de leur entrée en lice ! (Le deux de couple hollandais améliorera ce chrono dans la 3e série).
"Cette course répond à certaines questions, note Matthieu Androdias, on fait la préparation dans notre coin et on arrive ici sûrs de notre force, mais sans savoir comment on se positionne face à la meute. On sait maintenant où on se trouve, mais ça ne change pas notre façon de voir : pas de projection, on reste au jour le jour". Les rameurs ont su rester dans leur bulle, même face aux menaces des Chinois champions du monde. "Quand on est favoris, on ne s'amuse pas à perdre une course", ajoute Alexis Besançon, entraîneur du duo français. Physiquement, les athlètes reconnaissent l'apport de la thermo-room mise en place à Bellecin qui a permis de simuler les conditions climatiques. La forme physique est là : "On sait que la première course fait mal pour pas beaucoup d'effort, et finalement c'est bien passé", note Hugo Boucheron. 

Une demi-heure plus tard, c'est le deux de couple féminin qui prenait le départ de sa série. En tête au passage du premier 500, Hélène Lefebvre et Élodie Ravera-Scaramozzino ont cédé leur leadership aux Néo-Zélandaises puis, dans le troisième 500, elles n'ont pas pu contrer les attaques des Américaines. Mais leur troisième place dans la course leur ouvre les portes de la demi-finale lundi en milieu de matinée. "On est bien parties, commente Hélène Lefebvre, on les laisse ensuite malheureusement nous grappiller quelques mètres au fur et à mesure. Ce qui est rassurant, c'est qu'avant on ne partait pas très fort et maintenant, on a prouvé qu'on était capables sur ce point de faire jeu égal avec les Néo-Zélandaises". Des axes de travail ont été abordés entre les rameuses et leur coach Christine Gossé. "On n'a pas fait une course extraordinaire, poursuit Hélène Lefebvre, mais ce n'est pas panique à bord. Le boulot est fait, on passe en demie. La course sera très dense". Une entame de Jeux olympiques jugée stressante par Élodie Ravera-Scaramozzino, qui ajoute : "Le stress était aussi de savoir où on se situait dans la hiérarchie. On n'a pas eu beaucoup de courses au préalable pour se jauger. Le deux de couple PL français était notre repère plutôt que les autres bateaux internationaux". Une catégorie dense où chaque embarcation peut prétendre au podium olympique.

Seuls les deux premiers bateaux engagés dans chacune des séries du quatre de couple féminin pouvaient prétendre à une qualification directe pour la finale A. Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Marie Jacquet et Emma Lunatti étaient alignées contre des nations qu'elles n'ont pour l'instant pas encore réussi à battre et c'est en repêchage que se jouera la suite de la compétition pour elles.  Le quatre de couple tricolore a rendez-vous dimanche, à 3h50 (en France), pour accéder à la plus belle course de l’année.

 

Programme du samedi 24 juillet

Demain, les deux derniers bateaux de la flotte française feront leur entrée dans la compétition : le deux sans barreur masculin de Thibaud et Guillaume Turlan et le deux de couple poids léger féminin de Laura Tarantola et Claire Bové. Les frères jumeaux sont attendus à 3h30 (heure française) dans leur série, 20 minutes avant le duo Tarantola – Bové qui s’alignera à 3h50 dans la chaleur du Sea Forest Waterway.

Retour aux actualités
Jeux Olympiques Tokyo 2020 - Vendredi 23 Juillet
23/07/2021 - FFAviron - Eric Marie / FFAviron - Akseophoto
Retour aux albums
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies